Madame de Pompadour

Madame de Pompadour

 

Les maîtresses royales sont bien connues dans l’Histoire pour avoir souvent eu un rôle fondamental auprès des rois.

Les maîtresses royales constituent dans l’historiographie un thème «sinon futile, du moins dérisoire», figures à la fois centrales dans le système de la cour et socialement marginales. «Toute l’ambivalence se pose alors entre leur pouvoir apparent mais fictif et leur pouvoir réel mais officieux.»

Entre 1589 et 1715, les maîtresses du roi ont toutes un point commun, elles appartiennent à la noblesse de cour qui gravite autour du prince. «La faveur est le résultat d’un processus social avant d’être la conséquence d’une inclination personnelle.» Si les femmes choisies par Henri IV sont toutes célibataires et mineures, à l’inverse, la plupart des maîtresses de Louis XIV sont déjà mariées, appartenant souvent à l’entourage des femmes de la famille royale. Le roi se montre toujours généreux envers ses favorites et la fortune qu’elles constituent, très souvent l’objet de critiques, est au cœur de leur promotion sociale. Si la noblesse est souvent endettée, les maîtresses sont par contre soucieuses de bonne gestion – certaines investissent même dans le grand commerce -, sans doute lucides quant à la précarité de leur statut.

Elles doivent cependant également faire un usage ostentatoire de leur argent pour conduire une «stratégie du paraître». Dans leur manière de se vêtir, elles font preuve d’une liberté – voire d’un «certain sens du spectacle» – que n’ont pas les autres femmes de l’entourage royal, soumises au code rigoureux de la cour. Beaucoup des gratifications qu’elles reçoivent prennent la forme de dons qui sont par nature irréguliers, jamais institutionnalisés, rappelant la condition précaire de ces femmes. Le recours croissant aux dons et leur publicisation sont aussi révélateurs d’une évolution du pouvoir royal entre 1589 et 1715 : le roi veut de plus en plus manifester son autorité absolue par sa liberté de donner «à qui il lui plairait, quand il lui plairait», selon la formule utilisée par Louis XIV.

Une fois bien installées dans la faveur du roi, les femmes devenues maîtresses cherchent à combler l’écart entre la fortune qu’elles accumulent et le rang – modeste – qui est le leur à la cour. Elles doivent pour cela acquérir un patrimoine territorial, attribut indispensable à la qualité noble. C’est bien sûr le roi qui leur en donne les moyens financiers, aidant ainsi ses maîtresses à se «fabriquer un titre». Surtout, il leur attribue une charge officielle au sein de la cour, marque de distinction particulièrement enviée. Cette pratique n’est pas destinée seulement aux femmes, elle est également utilisée pour les mignons de Henri III et les favoris de Louis XIII. Mais contrairement aux mignons de Henri III qui bénéficient d’une préséance exceptionnelle à la cour, les maîtresses sont exclues des cérémonies monarchiques ou des rituels quotidiens du monarque, réservés aux très proches et à la famille royale. Ce n’est que dans les situations où l’ordre des dignités légitimes est suspendu et que le roi seul décide, comme lors des chasses, des fêtes ou des voyages de la cour, que les maîtresses peuvent se distinguer et éblouir le public. Le pouvoir du roi, même le plus absolu, à établir une maîtresse a ses limites ; c’est une «transgression raisonnée».

Les maîtresses deviennent souvent des mères : Henri IV a eu neuf enfants de ses maîtresses et Louis XIV treize. Or le roi a toujours le souci de les intégrer à sa progéniture légitime, même quand ils sont issus d’une relation passagère. Si la maîtresse est mariée, le mariage est annulé afin d’écarter le mari et de donner à la mère l’autonomie juridique nécessaire pour gérer les biens que le roi destine à ses filles et fils. Les bâtards légitimés sont souvent assimilés aux plus grands princes par leur éducation et leur mode de vie, et le roi leur confie des charges très élevées dans l’armée ou dans les ordres (en particulier pour les filles).

Relations sexuelles hors mariage, enfants illégitimes, séparation d’avec leur mari, autonomie juridique pour gérer leurs propres finances… Les maîtresses du roi sont au cœur d’un paradoxe : soumises au seul bon plaisir d’un homme, elles savent aussi inventer des conduites féminines qui, sans conteste, transgressent l’ordre traditionnel.

 


Madame de Pompadour

La marquise de Pompadour, de son vrai nom Jeanne Antoinette Poisson, a été la favorite du roi Louis XV de France. Jusqu’à sa mort, elle participe à la vie politique du royaume, en favorisant par exemple l’ascension de certains ministres. Elle joue également un rôle important dans le domaine des arts et des lettres. Les envieux, les rancuniers lui ont fait un mauvais portrait ; pour les uns : belle, raffinée, d’une intelligence supérieure, habile, avec une classe différente par rapport aux grandes dames, marquant le style d’une époque ; pour les autres : avide, perverse, assoiffée de pouvoir, responsable des désastres militaires de la guerre de Sept ans et de la disgrâce des meilleurs ministres.

Son père « putatif », François Poisson conducteur de vivres était entré au service des Frères Paris, puissants financiers contrôleurs des subsistances aux armées. Sa mère, de bonne famille aussi, Louise Madeleine de la Motte, beauté accomplie et de mœurs légères, était fort courtisée par un des frères Paris, le cadet dit Montmartel. Elle n’était pas cependant un bon parti pour un homme de son importance. Il n’était pas non plus question qu’elle eut un amant. Par contre, dans la société de l’époque, l’adultère était chose bénigne. Montmartel réussit à convaincre leur commis, François Poisson, devenu veuf, d’offrir à ses amours ancillaires, un paravent commode.

Le contrat de mariage fut signé le 6 octobre 1718, cérémonie présidée par le Régent, Duc d’Orléans, débiteur des Frères Paris.

L’idylle avec Montmartel prit fin lorsque celui-ci décida d’épouser Marguerite Françoise Megret, fille d’un financier de premier plan, le 6 janvier 1720. Il fut tout heureux de se trouver un successeur en Charles François Paul Lenormand de Tournehem. En étroites relations d’affaires avec les frères Paris, et amoureux transi de la belle Louise Madeleine.

Le 30 décembre 1721 naquit à paris une fille baptisée Jeanne Antoinette Poisson. La concordance des dates ne laisse aucun doute sur l’identité du vrai père : Lenormand de Tournehem.

Jeanne Antoinette Poisson est une petite fille enjouée, bienveillante et amie de tout le monde, reçoit une excellente éducation au couvent des ursulines de Poissy, qu’elle quitte définitivement à 8 ans, suite à un gros rhume. De cet endroit, elle conserve un surnom « Reinette » signifiant petite reine.

Elle grandit entourée de son père putatif homme de confiance des frères Pâris, grands financiers de la Couronne, de sa mère aux mœurs légères et de son oncle Lenormant de Tournehem futur Directeur des Bâtiments du roi. Elevée ainsi, elle va acquérir la ténacité et l’ambition propres au milieu de la haute finance. Ayant le don de plaire et des dons artistiques, son oncle lui procure des maîtres renommés de danse, de chant et de dessin.

Il la marie en mars 1741, à son neveu Charles Guillaume Lenormant d’Etiolles, fils du trésorier général des monnaies, chevalier d’honneur au présidial de Blois, agréable et ayant de bons sentiments. Selon le contrat de mariage sous la communauté des biens, elle apporte 120 000 livres de bijoux, linges, maison ; lui dispose de 83 000 livres d’avance des sous-fermes ; l’oncle les loge à Paris et à la campagne, assure les frais de nourriture, de vêtements ainsi que leur suite de cinq personnes et l’équipage. En cas de séparation des époux, il s’occupera d’eux. Le ménage héritera plus tard de la fortune de cet oncle. Elle devient bonne épouse, bonne maîtresse de maison, aura un enfant mort très tôt et une petite Alexandrine.

La famille Poisson fut toute heureuse de trouver en Tournehem un généreux protecteur qui, dès lors, s’afficha ouvertement comme le tuteur de la famille. Il put enfin régenter à sa guise l’existence et l’éducation de sa fille Jeanne Antoinette, dont le charme et l’intelligence semblaient prometteurs.

Tournehem, amateur d’art éclairé, l’associa étroitement à l’édification et à la décoration du château Neuf du Bourg et lui prodigua les meilleurs professeurs et les meilleurs artistes. Quand elle manifestera un goût certain pour le théâtre, il n’hésitera pas à lui en aménager un dans une dépendance de la Grande Maison.

Ne pouvant l’épouser, mais désireux de lui léguer la totalité de ses biens, la meilleure solution pour Tournehem était de la marier à son neveu Charles Guillaume, fils de son frère aîné Hervé Guillaume. Tournehem rédigea donc un testament olographe désignant Charles Guillaume Lenormand d’Étiolles, comme légataire universel et seul héritier de tous ces biens, le 15 décembre 1740. Le contrat de mariage fut signé le 4 mars 1741 et la cérémonie eut lieu le 9 en l’église Saint Eustache à Paris.

Avec un tel bagage et une telle éducation, elle est recherchée dans les salons et endroits mondains : à l’hôtel d’Angervilliers, chez Madame de Tencin ; elle rencontre Fontenelle, Montesquieu et Voltaire, ce qui lui permet d’obtenir une préparation à la vie, des principes moraux, de l’aisance dans ses manières et dans la conversation, une connaissance du monde, une liberté de jugement tout en fréquentant des gens de la cour. Elle s’intéresse à tout : à l’art, aux artistes, aux philosophes, trouve toujours une jolie réplique pleine d’esprit et fait « un tabac » comme actrice dans quelques représentations de théâtre.

Le salon de Madame de Tencin

En été au château d’Etiolles, elle reçoit du monde, s’adonne au théâtre, chante et joue la comédie devant Crébillon, Louis de Cahusac (parolier de Rameau) et devient rapidement la Reine de ce monde de la bourgeoisie, grâce à sa gaîté, ses talents et son bon cœur.

Louis XV, grand chasseur, avait acquis, en 1740, le château de Choisy pour chasser dans les forêts de Sénart et de Rougeaux. La nécessité de disposer à pied d’œuvre de ses troupes et de ses équipages, l’amena à solliciter l’hospitalité des châtelains riverains, dont Tournehem, seigneur d’Étiolles. En compensation, ceux-ci étaient autorisés à suivre ses chasses. Jeanne Antoinette, toute à son ambition, eût donc la possibilité d’approcher le Roi… nous sommes en 1744. Elle n’avait toutefois aucune chance contre la favorite en titre, la Duchesse de Châteauroux.

Deux faits se conjuguèrent pour lui livrer la place !

Arrivé à Metz, en août 1744, pour conduire la campagne de Rhénanie, Louis XV tomba gravement malade. Très croyant et redoutant la mort, il se soumit aux exigences de son premier aumônier : répudier la Duchesse et se réconcilier avec la Reine.

En septembre, reprenant lentement vie, de retour à Versailles, sa solitude sentimentale commença à lui peser. Conjonction providentielle ou fortuite, la Duchesse de Châteauroux tomba malade et mourut le 8 décembre de la même année. La voie était théoriquement libre pour Jeanne Antoinette, mais elle et son père, n’avaient pas accès à la Cour.

Un probable complot, ourdi dans l’entourage de Louis XV qui n’avait pas été insensible, au cours de ses chasses à Choisy, aux charmes de la « Nymphe de Sénart », facilitera leur rencontre.

A la Cour, beaucoup de personnes parlent d’elle, heureusement elle se fait des amis comme l’abbé de Bernis, le marquis de Valfons, le président Hénault ; elle rencontre aussi le duc de Nivernois, le duc de Duras, M. de Richelieu…bien évidemment Mme de Châteauroux la favorite du moment s’inquiète !

Repensant aux prédictions d’une diseuse de bonne aventure lui promettant l’amour du roi, elle s’est peu à peu forgée à cette idée. La future marquise de Pompadour commence à aimer le roi, sincèrement et sans intérêt : lors de la maladie du roi en 1744, elle en est tout à fait retournée et « prise d’une révolution dont elle pensait mourir ».

Son entourage (Binet lointain cousin de sa mère et Premier valet de chambre du dauphin ; ses proches ; Le Bel Premier valet de chambre du roi, car le roi avait remarqué la demoiselle en 1743 lors des chasses) la pousse à s’approcher du roi afin qu’elle occupe la place laissée libre par la disparition de Mme de Châteauroux.

Louis XV et Jeanne-Antoinette se rencontrent lors d’un somptueux bal masqué donné dans la Galerie des Glaces. Elle est déguisée en Diane chasseresse; lui en if, cet arbre d’ornement très prisé des jardins de l’époque. Le roi déguisé en if danse avec elle…on murmure partout le nom de Madame Lenormant d’Etiolles…Trois jours plus tard, la belle s’arrange pour être de nouveau invitée, cette fois au bal de l’Hôtel de ville de Paris. Leur premier « entretien galant » a lieu à l’occasion des noces du dauphin et de l’infante d’Espagne en février 1745. Le roi est conquis. L’opération séduction a fonctionné.  Le roi l’installe dans l’ancien appartement de Madame de Mailly.

Deux mois plus tard, Louis XV la présente à ses amis intimes (le duc de Boufflers, le duc d’Ayen, le marquis de Meuse) lors d’un souper dans les Cabinets puis part guerroyer en Flandres. Elle a cinq mois pour parfaire son éducation à la Cour et comprendre tous les us et coutumes, aidée par l’abbé de Bernis et le duc de Gontaut, ami intime du roi. Bernis lui apprend les mœurs de la cour, le langage, les façons de faire pour éviter les faux pas et l’aide à mieux connaître les idées du roi.

En avril, tout étant réglé entre les deux amants, Jeanne Antoinette décida de se séparer officiellement de son mari en juillet et quitta Étiolles. Charles-Guillaume est gentiment prié de s’effacer, moyennant compensation financière (on lui offre un poste de fermier général). Louis XV installe bientôt Jeanne Antoinette dans un petit appartement situé juste au-dessous du sien, relié par un passage secret. Le roi est si heureux qu’il lui offre un domaine, elle devient Marquise de Pompadour ; la favorite est déclarée officiellement car seule une femme de haute-noblesse peut être présentée à la Cour. et on rafraîchit l’appartement de Madame de Châteauroux.

Elle l’accompagne à la bataille de Fontenoy en 1745 et, la même année, Louis XV confère à sa maîtresse un brevet de marquise et lui achète la Seigneurie de Pompadour.

Tout à l’honneur de la Marquise, elle n’oubliera pas sa famille et entendait bien que son père continuât à partager sa vie et, dorénavant sa gloire. Elle le fit nommer, en temps opportun, Directeur des Bâtiments du Roi, avec comme successeur son frère Abel François, un légitime Poisson. Tournehem remplit brillamment cette lourde charge, équivalente au Ministère des Beaux Arts aujourd’hui, faisant notamment aménager à Paris la place Louis XV (la Concorde) en style néo-antique. Elle le mettait en contact permanent avec Louis XV, grand bâtisseur, qui ne tarda pas à vivement apprécier et l’homme et ses compétences.

Durant près de vingt ans, elle resta la préférée du monarque.

Sa présentation à la Cour a lieu en septembre « la fille Poisson, épouse séparée du fermier général Lenormant d’Etiolles fait son entrée officielle dans le sanctuaire de la monarchie, où seuls ont droit de cité les aristocrates capables de prouver, pièces à l’appui, une noblesse remontant à l’an 1400 » ; la vieille princesse de Conti, petite fille du roi Soleil, percluse de dettes accepte d’être sa marraine ; le discours entre la reine et la marquise est « fort long de 12 phrases » ; les courtisans se moquent, le roi est gêné, les médisances vont bon train…mais Louis XV ne quitte plus sa favorite, il l’invite à la chasse, au théâtre et à la comédie ; elle préside aux Petits Soupers, parait au cercle de la Reine ; le duc d’Ayen prend sa défense, le prince de Soubise devient un ami. Jeanne Antoinette tient sa place sans grand effort, de manière naturelle et se conduit sagement. Il n’y a que le dauphin qui lui « batte froid » ne supportant pas les dérives de son père, ne comprenant pas l’acceptation de sa mère !

Le roi est vraiment conquis par Jeanne Antoinette ainsi décrite par le lieutenant des chasses de Versailles « une taille au dessus de l’ordinaire, svelte, aisée, souple, élégante, son visage était bien assorti à sa taille, un ovale parfait, de beaux cheveux, châtain clair, des yeux assez grands, ornés de beaux sourcils de la même couleur, le nez parfaitement bien formé, la bouche charmante, les dents très belles et le plus délicieux sourire, la plus belle peau du monde donnait à tous ses traits le plus grand éclat. Ses yeux avaient un charme particulier, qu’ils devaient à l’incertitude de leur couleur, et cette couleur incertaine semblait les rendre propres à tous les genres de séduction et à exprimer successivement toutes les impressions d’une âme très mobile ».

Pour le roi, c’est un air frais et nouveau qui arrive à la Cour, à l’opposé des dames nobles, bourrées d’orgueil, obsédées par leur rang ; Jeanne Antoinette a de la spontanéité ; malgré tout elle est disciplinée, tenace, prudente, mesurée, respectueuse de la hiérarchie et constante dans ses amitiés ; elle veut surtout redonner confiance au roi qui est toujours dans le doute : Dufort de Cheverny écrit « elle avait le grand art de distraire l’homme du royaume le plus difficile à amuser, qui aimait le particulier par goût, de sorte que dès qu’il pouvait se dérober à la représentation, il descendait chez elle par un escalier et y déposait le caractère de roi ». Grâce à la marquise, le roi est détendu, apaisé, déchargé des obligations pour un moment. Il peut se reposer sur elle pour les multiples besognes de la vie quotidienne et souhaite une vraie passion sincère.

A partir de 1746, la marquise s’affirme. Elle aspire à la respectabilité et veut s’intégrer. Elle pense à introduire ses connaissances et amis, mais seuls ceux qui en valent la peine comme les frères Pâris et son frère au poste de Directeur des Bâtiments du Roi ; elle écoute et intervient auprès du roi, le pousse à des décisions. Comme le rôle d’une favorite est de satisfaire les exigences charnelles du roi et de le divertir, se sachant d’un tempérament peu fougueux et d’une santé précaire, elle use de toute son intelligence pour le divertir en devenant la directrice et l’ordonnatrice des plaisirs : tous les spectacles de carnaval, les représentations, les ballets passent par elle ; elle organise les soupers des retours de chasse dans ses appartements privés ; elle s’occupe avec tact et réussite du second mariage du dauphin avec la fille du roi de Saxe, des premières négociations jusqu’à la cérémonie et les fêtes y afférant début 1747.

Malgré quelques médisances, Madame de Pompadour est en bon terme avec la reine : la favorite est douce, humble, prévenante, remplie de tout le respect possible, s’inquiétant sincèrement de sa santé, s’excusant de ne pouvoir assister à une œuvre de charité si elle est souffrante. Elle a bon cœur et veut plaire à la Reine, parce que la Reine n’est pas méchante avec elle et qu’elle ne la traite pas mal. Elle pousse le roi à s’occuper et à prévenir les désirs de son épouse comme de refaire son appartement ou de payer ses dettes. Le roi est heureux et plus humain, il plaisante même et l’atmosphère se détend entre les époux ; mais en voulant trop bien faire, la marquise fait des bourdes comme offrir des roses à la reine, chose inconcevable : « un sujet n’offre pas de cadeau à son roi ».

La Cour de Versailles lui est hostile pour son rang de bourgeoise, on la hait pour ce qu’elle est et non ce qu’elle fait. M. de Richelieu, premier gentilhomme de la chambre, tente de faire chasser « la maîtresse roturière et tyrannique de la cour ». Il est remercié. La famille royale et le parti des dévots se liguent contre elle, le dauphin l’a surnomme « maman putain », et les « poissonnades » apparaissent. Maurepas responsable de la Maison royale, est le premier à faire étaler ses problèmes intimes de santé aux yeux de tous ; tous les jours des pamphlets, des libelles que la Cour et la rue chantent contre la marquise ; puis ce sont des dessins contre le roi « enchaîné par la marquise et fouetté par les étrangers », à tel point que Madame de Pompadour ne mange plus grand-chose, qu’elle a peur du poison, qu’un médecin dort à ses côtés avec du contrepoison. Même si le roi se lasse et n’y croit pas, après réflexions il penche pour Maurepas, l’ennemi juré de la marquise jusqu’à lui demander de démissionner en avril 1749.

Aimant les belles choses, son ambition est d’instaurer le « style français » partout en Europe. Elle soutient les jeunes artistes, et propulse l’artisanat de luxe. Elle transfère la manufacture de porcelaine de Vincennes à Sèvres ; elle convainc le roi d’en devenir le principal actionnaire afin de concurrencer la porcelaine de Saxe ; elle organise des ventes au château pour en faire la promotion. Sèvres et son « rose Pompadour » deviendra la porcelaine la plus réputée d’Europe dès 1760.

Amatrice de théâtre, elle fonde le « théâtre des cabinets », une petite compagnie de comédiens amateurs, mettant en scène une quarantaine de spectacles. Elle s’entoure de favoris et amis, comme les ducs de Nivernois et de Duras, le duc de la Vallière. Aimant les lettres, elle favorise les écrivains comme Malesherbes, Crébillon père, Marmontel, Voltaire qui obtient le fauteuil à l’Académie ; ses goûts et ses amitiés la portent vers un esprit nouveau, ce que le parti des dévots ne supporte pas. Elle protège aussi les Encyclopédistes et les «philosophes» qui contestent l’absolutisme royal, y compris Voltaire qui lui doit son fauteuil d’académicien et écrira à son propos : «Dans le fond de son coeur, elle était des nôtres ; elle protégeait les lettres autant qu’elle pouvait». La marquise de Pompadour symbolise à jamais l’art de vivre généreux, raffiné et léger du Siècle des Lumières.

Partageant avec le roi la passion des bâtiments, des maisons, des meubles et tissus, elle acquiert des propriétés : le château de Crécy, la Celle Saint Cloud, Bellevue, l’hôtel des Réservoirs à Versailles, l’hôtel d’Evreux (qui deviendra l’Elysée). Elle adore réaménager ses demeures, surtout s’occuper de l’ameublement et des boiseries en tenant compte de l’endroit. Accusée de trop dépenser (en 20 ans, elle aura utilisé entre 6,5 et 7,4 millions de livres), elle répond « cette prétendue folie qui donne du pain à tant de malheureux ; mon plaisir n’est pas de contempler de l’or dans mes coffres, mais de le répandre ». Elle fait travailler tous les artistes et artisans, dans tous les domaines. En 1762, elle convainc le roi d’engager la construction du Petit Trianon, qui sera achevé 1768 et fera le bonheur de Marie-Antoinette.

Le Petit Trianon

Oui, elle a dépensé, mais en partie pour le roi et l’honneur ; elle n’a jamais rien demandé pour elle, et malgré la somptuosité des châteaux, elle n’a rien à elle, pas de fortune. Le roi d’ailleurs est très pingre, les dons d’argent pour la marquise sont rares, elle ne reçoit des étrennes qu’au début de leur liaison, sa pension de 4000 livres mensuel passant à 3000 pendant les années de guerre ; elle doit jouer ou vendre ses bijoux ou maisons afin d’équilibrer ses recettes et tenir son rang ! Lorsqu’elle revend certaines de ses propriétés, l’argent sert à en acheter une autre ou revient à la Couronne. Dans le domaine des bâtiments, elle ressemble aussi un peu à Mme de Maintenon et son institut de Saint Cyr : Madame de Pompadour fonde l’Ecole royale militaire, qui devra éduquer gratuitement 500 jeunes héritiers de la noblesse destinés au métier des armes.

Elle devient ainsi un modèle, une ambassadrice du goût français et de la future couture française, favorisant les arts et l’architecture dont nous conservons de beaux monuments

La fin de leur relation intime a lieu en 1750, cinq ans seulement après leur première liaison. Elle n’a plus la santé du début, elle se rend compte du peu d’empressement du roi, et malgré les stimulants, d’un commun accord, ils stoppent leur liaison charnelle.

Officiellement en début d’année 1752, la passion se transforme en amitié. La marquise reste à ses côtés, il peut lui parler de tout et de rien, comme à une amie loyale, affectueuse, tendre, une complice de presque tous les instants à laquelle il ne manquera jamais de respect. Toutes les requêtes des uns, les grâces, les nominations, les faveurs des autres passent par elle, le roi lui reconnaît un « statut officieux de conseiller et de Premier ministre » comme le mentionne le duc de Croÿ « son crédit ne cesse d’augmenter, les grandes affaires mais même les détails passent par ses mains ; elle savait qu’il fallait qu’elle se rende nécessaire au roi de France par ses intérêts les plus importants pour suppléer au besoin qu’il n’avait plus si fortement de sa personne ». La marquise fait aussi le maximum pour réconcilier la famille royale ; même le dauphin commence à être agréable avec elle ; la reine est fort contente de la marquise. Leurs relations à tous deviennent calmes, sereines et cordiales. On le voit lors de la naissance du petit fils du roi, la marquise s’étant évanouie, la famille royale demande des nouvelles de sa santé !

Mais 1751 est l’année du jubilé et la question religieuse revient régulièrement. Et même si le roi entend les sermons, même s’il ne découche plus Château de Versailles et se permet quelques rares soupers à Bellevue, Madame de Pompadour n’est pas en sécurité : si les gens d’église arrivent à convaincre le roi de retourner vers la vie chrétienne, ils seraient capables de le convaincre également de renvoyer purement et simplement la marquise…et de manière publique !

Mais pour une femme d’une telle condition physique, la tâche est quasi surhumaine. Au sein d’une Cour qui la dénigre, la surnomme avec méchanceté la « Caillette » et raille ses origines bourgeoises, la marquise vit un combat de chaque instant. « La vie que je mène est terrible » dit-elle. Elle doit sans cesse trouver de nouveaux amusements pour son amant, rester « la magicienne qui enchantait sa vie quotidienne ». Soucieuse d’entraîner Louis XV dans « un tourbillon de plaisir » qu’elle semble capable de renouveler à l’infini, Mme de Pompadour n’a pas le droit de se reposer un seul instant. Elle connaît la précarité de la situation de favorite et elle n’a pas le doit à l’erreur.  Or Jeanne-Antoinette est, depuis sa plus tendre enfance, de santé très fragile. Enfant, on craint plusieurs fois pour sa vie. Ses bronches ne supportent par le froid et les courants d’air, innombrables à Versailles ! De violentes migraines et des étourdissements la clouent au lit fréquemment. Le remède ? Des saignées, qui ne font que l’affaiblir davantage. Avec sa santé chancelante, ses migraines, ses crachements de sang, Jeanne-Antoinette était épuisée. Depuis qu’elle est la maîtresse du Roi, à la constitution fragile de Mme de Pompadour s’ajoutent des troubles d’ordre gynécologique à répétition. Il semble bien qu’elle ait fait, entre avril 1746 et avril 1749, trois fausses couches. Elle souffre notamment d’une leucorrhée qui doit rendre douloureux les rapports sexuels. Ses ennuis intimes, elle s’efforce tant bien que mal de les dissimuler. Mais tout se sait dans le monde clos et médisant qu’est alors Versailles. Les « gênes » de la maîtresse du Roi sont de notoriété publique… Profondément humiliant et blessant pour Jeanne-Antoinette. La vie que je mène est terrible, écrit-elle en 1749 à la comtesse de Lutzelbourg.

En plus d’être « l’homme du royaume le plus difficile à amuser », Louis XV est un amant extrêmement exigeant. Jeanne-Antoinette est belle, sa séduction s’exerce sur tous ceux qu’elle rencontre… mais cela ne suffit pas. Elle sait que son corps va, un jour ou l’autre, la trahir. Peu sensuelle, elle n’avait jamais apporté beaucoup de fougue à l’amour.  La marquise, désolée, constate qu’elle ne peut répondre aux ardeurs amoureuses de son royal amant. Il se plaint parfois de sa froideur, et elle se montre incapable de feindre longtemps de façon convaincante. Cette frigidité tourmente Mme de Pompadour. Elle s’astreint alors à un régime désastreux, expérimentant tous les aphrodisiaques imaginables : potages au céleri et aux truffes, chocolat vanillé et ambré… Tout cela avec pour seul effet de détraquer un peu plus sa santé. Il n’y avait pas de solution miracle pour la transformer en amoureuse volcanique. Des prétendantes à sa succession se réjouissent ouvertement de savoir qu’elle n’est pas capable de satisfaire les sens du Roi. Et Louis XV regarde parfois avec intérêt ces femmes qui ne demandent qu’à partager son lit.

Malgré son ambition, son énergie, sa ténacité, Madame de Pompadour ne laissait pas d’être obsédée par la précarité de sa position. Qu’arrivera-t-il s’il se lasse d’elle, retrouve une seconde jeunesse dans les bras d’une maîtresse experte aux jeux de l’amour ? Sera-t-elle renvoyée ? Il n’en est pas question. Quel que fût le prix à payer, Madame de Pompadour n’entendait pas renoncer à cette vie.

Usée par la vie de cour et une santé fragile, la marquise doit s’effacer au profit d’autres favorites dès 1751 mais reçoit en compensation le titre de duchesse et reste la confidente du roi, voire la complice de ses plaisirs. Pour rasséréner la marquise face aux jeunes et belles dames de la cour, le roi offre à sa chère et indispensable amie le tabouret de duchesse lors de la cérémonie du 17 octobre 1752 à 6h15 « très haute et très puissante Dame, duchesse marquise de Pompadour pourra être assise au grand couvert du roi, chez la reine et les enfants de France ; placée sur le même pied que les épouses des ducs et pairs, elle précédera celles des grands officiers de la couronne ». Elle assiste en plus à la toilette, aux audiences et aux cercles, entre en carrosse dans la cour du Louvre ainsi que dans les maisons royales. Le tabouret « la consécration la plus rare dont le roi de France puisse honorer les services d’une sujette et les mérites d’une grande dame » est une réelle distinction. Elle aménage l’hôtel du Parc-aux-Cerfs, à Versailles, pour les rencontres clandestines de Louis XV avec de très jeunes filles comme la délicieuse Mlle O’Murphy.

Le Parc aux cerfs

Quand ses charmes physiques cesseront d’opérer, la favorite officielle saura toutefois se faire aimer et respecter autrement. Et c’est peut-être cela sa plus belle victoire: avoir régné sans partage, vingt ans durant, dans le cœur du roi le plus puissant d’Europe.

La nouvelle duchesse va encore vivre douze ans et conserver la première place à force de volonté. Elle ne peut pas s’improviser Ministre au niveau politique, mais elle va apprendre et en quatre ans, elle brûle les étapes ; les ambassadeurs étrangers s’en rendent compte, tous veulent « l’acheter », aucun n’y arrivera ; elle n’est pas vénale, elle veut le bien du roi, le soutenant moralement, lui servant d’intermédiaire et de porte parole comme lors du traité de Versailles en 1756, comme le raconte Pierre de Nolhac « c’est plus agréable d’avoir une belle femme lors des conversations ; son intervention a empêché de découvrir le roi, l’Autriche a ignoré que celui-ci était décidé à écouter ses propositions, l’entremise de la marquise lui donne du temps pour réfléchir ».

Les reproches ne cessent pas, les dévots la considèrent comme ennemie, bien qu’elle ne le soit pas. Les enfants du roi font bloc contre elle, elle ne souhaite que leur reconnaissance, elle veut se faire accepter, afin que le roi vive mieux aussi avec ses enfants qui lui « battent souvent froid ». Sur les conseils de Madame de Pompadour, il les fait participer à sa vie, ses loisirs, les emmènent à la chasse, les invitent au spectacle, aux petits soupers. Peine perdue ! Pour « ne pas faire de vagues », elle se met à la religion, va régulièrement aux offices, fait maigre les jours prescrits, s’habille sobrement, multiplie les œuvres de charité, d’autant plus qu’elle vient de perdre sa fille Alexandrine, enlevée en quelques jours en 1754.

L’attentat de Damiens en 1757 va déclencher une haine manifeste de l’Eglise envers la nouvelle duchesse. Se croyant perdu, le roi se confesse, demande pardon à toute sa famille qui n’est pas capable de l’aider, ni de lui dire les mots qu’il faut pour le rasséréner, la blessure du roi étant surtout morale, « sa santé n’était rien en comparaison du salut de son âme » ; les hommes d’église prennent le pas sur les médecins et le pressent de chasser la marquise, de renoncer aux plaisirs…elle dans son appartement d’en dessous vit dans l’angoisse permanente, jusqu’au rétablissement complet du roi, qui reprend l’escalier pour lui rendre visite. Quelques heures plus tard il remonte l’esprit guéri, avec un regard agréable, le sourire aux lèvres. Le lendemain, ils reprennent leurs habitudes et sont encore plus attachés l’un à l’autre.

D’Argenson toujours opposé à la favorite relance les pamphlets contre elle, jusqu’à les faire lire au roi qui lui demande de démissionner. Encore l’œuvre de la marquise ? Non, le roi ne supporte plus d’Argenson, l’œil du parti dévot, confident de la reine, ami de l’archevêque, adversaire de l’alliance autrichienne, qui au lieu de stopper les libelles les a favorisés.

Accusée de se lancer en politique, elle ne veut qu’aider le roi. Bernis, ministre des affaires étrangères n’est pas à la hauteur et la défaite de Rossbach en 1757 est imputée à la duchesse marquise. Elle use de son influence en faveur du ministère Choiseul et on lui attribue le «renversement des alliances» au cours de la Guerre de Sept ans qui conduit au désastreux traité de Paris. Accusée d’erreurs grossières lors de la guerre de Sept Ans, elle a servi d’intermédiaire heureuse entre Marie Thérèse d’Autriche et le roi de France, d’où un pacte d’alliance est sorti. Mais ses origines roturières lui valent la haine des courtisans qui répandent à son propos des chansons satiriques, les «poissonnades». Elle a pourtant la main heureuse avec la nomination du comte de Stainville, futur duc de Choiseul qui va assurer sa sécurité et être en parfait accord avec le roi et donc la politique menée.

Presque à bout de force, attaquée sur tous les fronts, la santé de Mme de Pompadour s’altère beaucoup, ses forces s’amenuisent, minée par la tuberculose, elle s’éteint à Versailles d’une congestion pulmonaire le 15 avril 1764 dans sa 43è année. Sa dépouille est recouverte d’un drap blanc. Lors de ses funérailles solennelles, le 17 avril 1764, le roi, qui ne pouvait s’y joindre en raison du protocole, aurait murmuré de sa fenêtre : «La marquise aura mauvais temps pour son voyage !»…Le roi lui adresse un ultime hommage en regardant passer, du haut de sa terrasse, le cortège funèbre composé de 42 domestiques et 72 pauvres portants des flambeaux. Elle est à l’apogée de sa gloire. La Cour l’aura littéralement tuée.

Sur la fin de sa vie, le vieux monarque retrouvera un semblant de gaieté avec la comtesse du Barry.

Sources :

      • https://www.histoire-pour-tous.fr/
      • https://plume-dhistoire.fr/