L’horloge publique d’Aouste sur Sye

L’horloge publique d’Aouste sur Sye

 

Qu’est-il arrivé à l’horloge du clocher de notre village ? Que s’est-il passé ?

Depuis début janvier le cadran de l’horloge du clocher affichait désespérément midi ou minuit. Le mécanisme trop ancien et non réparable s’est brisé et devait être remplacé.

 

Chacun voit midi (ou minuit) au clocher …

De tout temps, l’homme a chercher à connaître l’heure qu’il était. Si aujourd’hui il est facile de savoir l’heure à la minute et à la seconde près, il en allait différemment par le passé. Certes à la campagne le temps n’était rythmé en ce qui concerne l’année que par les moissons, les semailles, les vendanges ou bien les saisons et par le lever ou le coucher du soleil ou bien la traite des vaches en ce qui concerne la journée. Mais pour le reste il fallu bien trouver un système fiable de mesurer le temps.

Apparaît à la fin du XIIIe siècle en Europe occidentale l’horloge mécanique qui donne l’heure par une solution à l’origine entièrement mécanique à poids moteur et à balancier vertical connaîtra une longue évolution et une diversification importante au cours des siècles.

Depuis les Moyen Age, les cloches et les horloges sont donc profondément ancrées dans la vie sociale des communautés urbaines et villageoises occidentales.

Si l’horloge publique du village n’est, au sens strict, plus nécessaire à l’organisation de la vie sociale, elle a laissé des traces encore visibles et audibles aujourd’hui. En témoigne les débats parfois houleux dans les communes sur la réparation de l’horloge ou sur les sonneries diurnes et nocturnes. L’horloge publique et ses cloches sont ici plus qu’un vestige d’un passé révolu. Elles ont désormais une fonction identitaire forte.

Au delà de la sonnerie des heures, la plupart des clochers de village sonnent encore d’autres évènements. En tout premier lieu, les messes dominicales continuent d’être sonnées alors même qu’un faible pourcentage de la population y assiste. De même bien sûr les mariages et les enterrements religieux. Dans certaines communes, les cloches sont toujours utilisées pour sonner le tocsin (sonnerie de toutes les cloches à pleine volée pour annoncer un danger majeur, un incendie, une guerre), le glas (sonnerie annonçant la mort de quelqu’un) ou plus couramment l’angélus qui peut être sonné, suivant les endroits, le matin, le midi ou le soir. Cette dernière sonnerie n’a pratiquement plus de fonction utilitaire mais continue néanmoins d’être sonnée en de nombreux endroits.

Mais au fait depuis quand une horloge publique est-elle installée dans le village d’Aouste sur Sye ?

Que sait-on d’elle ? Etait-ce celle qui se trouvait sur le clocher de l’ancienne église Notre Dame construite de 1704 à 1708 et détruite en 1863 ? Ou une nouvelle horloge ?

Après consultation des archives municipales d’Aouste au XVIIIe siècle, nous trouvons la première mention d’une horloge publique en date de 1725.

Le 17 juin 1725, le maire de la communauté d’Aouste, Jacques Astier lors de l’Assemblée générale propose :

«  Plusieurs particuliers et genéralement tous les habitants trouvent a propos de faire faire une horologe et demployer pour la despence dicelle les fonds qui sont entre les mains de Sr Francois Achard pour la fournitures des fourages faites aux curassiers et entre celles des consuls des communautés de Crest et Saillans, cette proposition est approuvé et en conséquence il est deslibéré qu’attendu qu’il y a un horologeur a Crest donc il faut profiter, les dits srs Jean Antoine Athenor, François Achard et Estienne Moulin sont priés de passer le prix fait de la dite horologe et les fonds mentionnes cy dessus seront employés au payement étant donné les pouvoirs nécessaires auxdits susnommés de passer le prix fait, faire passer le dit horologe et faire faire un timbre sil le juge a propos « . (BB23 6e cahier)

Selon l’Assemblée Générale du 7 novembre 1725 (BB 3 6e cahier) :

 »  … le dit consul (Jacques Astier) a proposé qu’ensuite de la deslibération du 17 juin 1725 le dit Estienne Moulin et défunt sr Jean Antoine Athenor et Francois Achard ont passé le prix fait d’une horologe à Louis Coriol moyennant le prix et somme de 400 livres suivant les conventions passées entre eux et le dit consul le 11 juillet dernier en conséquence de quoi la dite horologe a été faite conformément aux dites conventions mais qui luy manque de la (renetir?) pour la mettre a couvert des injures du temps et outre de ce faire des échaffaudages ou plancers pour qu’on puisse la monter et outre cela en donner la conduite à quelqu’un.

Conclus lecture faite des dites conventions approuvées quelles seront enregistrées au bas de la présente et qu’il est donné pouvoir aux dits srs Estienne Mou in et Francois Achard adsistant le dit sr consul de donner le prix fait de ce qui reste affaire pour mettre ladite horologe en estat et desdits plancers et degrés et le payement du prix fait sera fait par le dit Jacques Achard a concurrence des fonds qu’il a entre les mains et en cas d’insuffisance il y sera pourvu à la première assemblée de la communauté approuvant des à présent les payement qui ont esté et seront faits par le dit sr Achard, et au surplus la conduite de la dite horologe est donnée à Francois Eveque clair de la paroisse auquel il sera payé 18 livres par année dont il sera fait fonds dans le rolle de taille de chaque année … « 

(Transcription du bail) (BB 23 6e cahier)

Teneur du bail à prix fait de l’horloge de ce lieu de Aouste

Entre nous Etienne Moulin maçon et charpentier, Jean François Athenor, François Achard assistés de Sr Jacques Astier consul moderne de ce lieu d’Aouste ensuite du pouvoir qui leur a été donné par la dite communauté par sa délibération prise en son assemblée générale du dix septième juin dernier de la présente année d’une part, et Sr Louis Coriol maître horloger résidant à Grenoble d’autre part, a été fait et passé les conventions que ci après, savoir que les dits Moulin, Athenor, Achard et Astier consul ont baillé à prix fait au dit Sr Coriol acceptant une horloge qui servira pour la dite communauté conformément à celle du lieu de Saou à condition que le dit Coriol augmentera les roues d’une ligne (= 2,25 mm) de plus d’épaisseur, et que la cloche de l’église Notre Dame servira pour timbre de la dite horloge en sorte que lorsque la dite horloge mouvra par la volée du dit timbre ou cloche, et qui conduira les contrepoids pour que puisse durer jusque à la quantité de trente heures pour avoir le temps de la pouvoir monter, et de plus le dit Coriol s’oblige aussi de faire et conduire une montre sur l’œil de bœuf que la dite horloge fera marcher au-dessus de la grande porte de la dite église de cinq pieds de diamètre (1,62 m) et que les verges de fer seront d’environ aussi de quatre lignes (9 mm) de diamètre et qu’elles passeront au dessus du lambris de la dite église et que la dite montre sera peinte en huile de la couleur convenable à la dite montre et outre ce remarquera la montre solaire qui est à la maison de la Dame de la Motte du Mesnil de la même peinture au devant de la place de la dite église, et que tout le dit ouvrage sera fait et fourni par le dit Sr Coriol en son propre sans que la dite communauté soit obligée de lui fournir aucune chose pour le dit ouvrage qui sera fait et parfait à la fête de Toussaint de l’année présente moyennant le prix et somme entre les parties convenus et couché de quatre cents livres avec promesse faite par le dit par le dit Coriol de maintenir la dite horloge en bonne forme pendant dix années, sauf à la communauté de faire recevoir le dit ouvrage par tels Mrs les horlogers qu’elle jugera à propos à ses frais payables la dite somme par la dite communauté au dit Sr Coriol savoir la somme de cent livres présentement et réellement comme le dit Coriol confesse et reconnaît d’avoir reçu des mains et deniers du dit Sr François Achard payant pour la dite communauté de l’argent qu’il a en dépôt de celle-ci dont le dit Coriol en tient quitte le dit Achard et entend que de besoin la dite communauté cent livres au commencement d’ouvrage qui fera apparaître et les deux cents livres restantes du dit prix, cent cinquante livres en fin d’œuvre et cinquante livres restantes une année après l’ouvrage fait et parfait.

Convention faite en double au dit Aouste le onzième jour du mois de juillet année mille sept cent vingt cinq en présence de René Collaud serrurier de la ville de Crest et de Philippe Guillaume Aymar praticien habitant du dit Aouste tous requis et signés avec le Sr Portier excepté le dit Moulin et consul pour ne le savoir de ce enquis et requis, ainsi signés Athenor, F. Achard, Louis Coriol, Aymard, René Coullaud, ici l’original F. Achard

Le document DD3/62 en date du 11 mars 1726 nous apprend que la communauté d’Aouste doit effectuer un paiement de 50 livres restant sur le prix de l’horloge dû à Louis Coriol, à Mme Chovet de Crest en remplacement de la dette de Louis Coriol. Par ce même document, la communauté d’Aouste avait passé commande de l’horloge au dit Louis Coriol (ou Couriol) serrurier de Crest le 11 juillet 1725.

 » Je prie les consuls et communauté d’Aouste de payer à Demoiselle Isabeau Chovet veuve de sieur Louis Garnier de la ville de Crest la somme de 50 livres qui en reste d’une partie de la somme (….) pour l’horloge que j’ai faite au lieu suivant les convention passées avec les députés de celle-ci ce onze juillet dernier et ce aux termes portés par les dites conventions qui sera la dix mars prochain, et au moyen du paiement qu’ils feront à la dite Chovet de la somme de 50 livres que je lui doit, valeur valoir comptant de la dette, je tiens quitte la dite communauté du prix de la dite horloge

Travaux et fournitures avec promesse de ne leur en jamais faire demande et de leur passer toutes quittances à ses frais en me rapportant le présent acte acquis au bas de Madame Chovet

Fait à Crest le 11 mars 1726

Ecrit d’autre main mais signé de la mienne

Louis Coriol  » 

Un autre document mentionne l’achat de l’horloge, l’extrait du cahier de compte de François Achard receveur-collecteur d’Aouste en 1725 (CC 46-11° et 12° cahiers )

« Plus le comptable demande que lui soit alloué la somme de 143L 15s que la communauté lui a accordé par délibération du 3 avril dernier pour avoir fourni semblable somme au sr Couriol entrepreneur de l’horloge du dit Aouste et qu’il lui soit aussi alloué 12s qu’il a payé au sr Aymard secrétaire pour l’extraction de la dite délibération laquelle est jointe au présent dûment collationné et signée par le dit Aymard , tout quoi sont ensemble arrivé à la somme de 144L 7s , le dit extrait sera coté de N° 8 « .

Divers travaux et réparations sur le mécanisme l’horloge seront effectués jusqu’à la Révolution, tels que nous en informent les quelques documents suivants.

    • En 1734, réparations effectuées sur l’horloge par le serrurier Real serrurier de Crest, seulement payées à sa veuve en 1747 (DD 3/62).

«  Il est mandé à sieur Antoine Tavan d’Izaac collecteur des tailles royales et autres impositions de la communauté d’Aouste de payer à la veuve de André Real , serrurier à Crest la somme de trois livres qui lui sont dues en reste d’un raccommodage qu’il avait fait à l’horloge de la communauté en l’année 1734 desquelles trois livres la communauté vous en tiendra compte dans celui que vous lui donnerez de votre recette en rapportant le présent acquitté, ensemble un sol pour le papier timbré du présent, fait à Aouste le 22 décembre 1747

Achard Maire « 

    • En 1740 réparation du marteau de l’horloge par C. Rial au vue d’un reçu (DD 3/62) :

« Je soussigné avoir reçu d’Antoine Lauzière consul de la communauté d’Aouste la somme de trois livres pour le « comodage » (raccommodage) du « martheaux » (marteau) de l’horloge de la dite communauté A Aouste le 24 décembre 1740 C Rial « 

    • En 1749, le mécanisme de l’horloge est remise à neuf par Claude Vincent maître serrurier de Beaufort pour un montant de 50 livres (DD 3/62). Les conventions d’entretien et réparations passées avec ce serrurier seront renouvelées jusqu’à la Révolution.

«  Il est mandé à sieur Antoine Tavan collecteur des tailles royales et autres impositions de la communauté d’Aouste de payer à sieur Claude Vincent maître serrurier de Beaufort la somme de 50 livres pour avoir raccommodé et refait à neuf les pièces nécessaires à l’horloge de ce lieu suivant les conventions que Jean Plerre Ponçon consul moderne du dit lieu a passé avec le dit sieur Vincent en suite de la délibération de l’assemblée générale de cette communauté du 17 août dernier et la communauté vous tiendra compte des dites 50 livres dans celui que vous rendrez de votre recette

Fait à Aouste le 16 septembre 1749

Guiremand maire

Bon pour 50 livre 1 sol compris le papier timbré

J’ai reçu du sieur Tavan le montant ci-dessus dont quitte à Aouste l’an et jour susdit

A Aouste de 16 septembre 1749

C Vincent  » 

    • En 1755, une somme de 16 livres est payée à Louis Granjon maître maçon pour la réparation du plancher de l’horloge (DD 3/63)

 »  Il est demandé à Jean Pierre Milharet collecteur des tailles royales et autres impositions péréquées sur la communauté d’Aouste de payer à Louis Granjon la somme de seize livres pour avoir refait à neuf le plancher du clocher où est placé l’horloge ou pour des tuiles qu’il a fourni au couvert de la maison de ville suivant le mémoire que le dit Granjon en a tenu, ensemble un sol pour le papier du présent qui vous sera le tout passé en dépense dans le compte des recettes que vous rendrez à la communauté en rapportant le présent dûment acquitté

Fait Aouste le 4 novembre 1755

Guiremand

Pour acquit L Granjon « 

    • Mandat de 60 livres pour réparations à l’horloge en 1764 (DD 3/63).

 » Il est mandé au sieur Jean Pierre Milharet collecteur des deniers royaux de cette communauté de payer à Claude Vincent maître horloger du lieu de Beaufort la somme de 60 livres pour les réparations qu’il a fait à l’horloge de cette communauté suivant le marché fait entre le dit Vincent et le député de la dite communauté par délibération générale du dit 12 février dernier, ensemble un sol pour le papier du présent qui vous sera le tout passé en dépenses dans les comptes de recettes que vous rendrez à la communauté en rapportant le présent dûment acquitté

Fait Aouste le 20 mars 1764

Guiremand maire

Pour acquit ce 21 mars 1764

C Vincent  » 

    • Selon le mémoire de Jacques Gentiail des réparations de l’horloge sont faites en 1768 pour 6 livres 12 sols (DD 3).

«  Mémoire des travaux que Jacques Gentiail a fait pour l’horloge de la communauté d’Aouste

Pour graisser l’horloge une livre de graisse prise chez Izabeau Achard pour l’engraisser compte douze sols 12 sols

Pour avoir accommoder les rouages de la sonnerie apportée dans ma boutique monte quatre livres 4 livres

Pour avoir accommoder les deux montres, la chasse de la cloche monte une livre ici 1 livre

Plus pour y avoir été cinq fois en cinq jours pour y régler les poulies de l’horloge monte une livre ici 1 livre en tout monte 6 livres 12 sols

Il est mandé au sieur Jean Pierre Milharet collecteur des deniers royaux de cette communauté de payer à Jacques Gential 6 livres 12 sols à lui dus pour les réparations qu’il a faite à l’horloge de cette communauté résultant de l’état ci-dessus lesquelles 6 livres 12 sols vous seront passés en dépense dans le compte de recette que vous rendrez à la communauté en rapportant le présent quoique non acquitté attendu que le dit Gential est (….?)

Fait Aouste le 10 octobre 1768

Attenor  » 

    • Réparations de l’horloge en 1769 et 1770 pour 11 livres 2 sols (DD 3/64)

Mémoire des travaux que Jacques Gentiail a fait pour l’horloge de la communauté d’Aouste

Du 8 février 1769 pour avoir descendu les rouages de l’horloge qui frappait sans aucune règle 2 livres

Le 15 du dit pour avoir accommodé le marteau, fourni le fer pour faire le manche et pour avoir accommodé l’encensoir de l’église le tout 1 livre 12 sols

Le 8 mai pour avoir engraissé l’horloge, les étoiles et fourni l’huile 6 sols

Pour avoir accommodé le manche de la cloche et mis une clavette 12 sols

4 livres 10 sols

Plus payé à Claude Vincent maître horloger à Beaufort 6 livres 12 sols pour les réparations qu’il a faite à la dite horloge l’année 1770

6 livres 12 sols

_______________

11 livres 2 sols

    • Mandat de 20 livres à Claude Vincent pour réparation de l’horloge en 1771 (DD 3/64)

 » Il est mandé à sieur Jean Pierre Milharet collecteur des deniers royaux de cette communauté de payer au sieur Claude Vincent maître horloger du lieu de Beaufort la somme de 20 livres pour les réparations qu’il faites à l’horloge de cette communauté pendant deux jours qu’il a vaqué à cet effet au dit Aouste attendu que la dite horloge ne pouvait plus servir et que les dites réparations étaient (fondées?) payables pour travail ou fournitures par lui faites, laquelle somme de 20 livres vous sera passée en dépense dans le compte en recette que vous rendrez à la communauté en rapportant le présent dûment acquitté

Fait Aouste le 15 février 1771

Attenor secrétaire  » 

    • Réparations de l’horloge en 1774 pour 6 livres 12 sols payés à Claude Vincent (DD 3/64).

 » Je soussigné déclare d’avoir reçu de Jean Pierre Milharet collecteur de la communauté d’Aouste la somme de 6 livres 12 sols pour avoir fait les réparations du volet de l’horloge de la dite communauté, fait à Aouste je 10 janvier 1774

C Vincent « 

    • Mandat de réparations de l’horloge pour 8 livres en 1778 (DD 3/64)

«  Il est mandé au sieur Jean Pierre Milharet collecteur des deniers royaux de cette communauté de payer au sieur Claude Vincent maître horloger à Beaufort 8 livres pour les réparations qu’il a faites à l’horloge de cette communauté laquelle somme vous sera passé en dépense dans le compte de recette que vous rendrez à la communauté en rapportant le présent acquitté

Fait à Aouste le 17 juillet 1778

Attenor secrétaire en l’absence du sieur lieutenant de mairie

Bon pour 8 livres

Reçu le montant du mandat ci dessus

C Vincent  » 

    • Mandat pour réparation de l’horloge pour 36 livres en 1779 (DD 3/65)

 » Il est mandé au sieur Jean Pierre Milharet collecteur des deniers royaux de cette communauté de payer au sieur Claude Vincent maître horloger à Beaufort la somme de 39 livres pour les réparations et pièces de fonds qu’il a fait à l’horloge de cette communauté laquelle somme vous sera passé en dépense dans le compte de recette que vous rendrez à la communauté en rapportant le présent acquitté

Fait à Aouste le 31 octobre 1779

Attenor secrétaire en l’absence du sieur lieutenant de mairie

Bon pour 36 livres « 

    • Mandat de 50 sols pour réparations à l’horloge en 1781 (DD 3/65)

 » Sieur Jean Pierre Milharet collecteur de la communauté d’Aouste payez à Jacques Gential serrurier 50 sols pour un manche au marteau de l’horloge ou pour avoir accommoder les « aspes » de celui ci laquelle somme vous sera allouée dans vos comptes en rapportant le présent

A Aouste le 10 septembre 1781

Guerimand « 

    • Facture et reçu pour réparations de l’horloge pour 11 livres 12 sols en 1782 (DD 3/65)

 » Compte pour la communauté d’Aouste en 1782

Premièrement pour lui avoir descendu le marteau de l’horloge et l’avoir mis au fait et après l’avoir accommodé le tout monte 1 livre 10 sols

Plus pour avoir allongé le marteau monte 1 livre15 sols

Plus pour avoir descendu le marteau de l’horloge et l’avoir apporté dans la boutique et avoir mis au fait monte 1 livre 10 sols

Plus pour lui avoir fait quatre anneaux, cinq clavettes,(coincé?) la cloche et l’avoir posé et aidé à (aretres?) la cloche le tout monte 1 livre 15 sols

Plus pour avoir fait un ressort aux horloges monte 3 livres

…….

11 livres 12 sols

Le sieur Jean Pierre Milharet collecteur de la communauté d’Aouste payez à Jacques Gentiac serrurier les onze livres douze sols dont au compte ci dessus pour les travaux ci énoncés laquelle somme vous sera allouée en rapportant le présent dûment acquitté

Aouste le 28 mars 1782

Guerimand

J’enquis pour mon père et acquit L Gentiac  » 

    • Somme de 15 livres payées pour le prix du cadran de l’horloge en 1787 (DD 3/67)

 » Jean Louis André collecteur de la communauté d’Aouste payez au dit Teyssier 15 livres pour le prix du cadran de l’horloge de ce lieu ainsi convenu avec les sieurs de la communauté laquelle somme vous sera allouée dans vos comptes en rapportant le présent dûment acquitté

Fait à Aouste le 24 décembre 1787

Guerimand

J’ai reçu de sieur Louis André la somme de 15 livres

Aouste le 25 décembre 1787

Teyssier « 

    • Le 15 décembre 1787, le consul d’Aouste Tavan passe une convention avec Claude et Jacques Vincent serruriers de Beaufort pour une importante réparation garantie de l’horloge pour un montant de 150 livres (DD 3/66).

 » Entre sieur Antoine Tavan consul de la communauté d’Aouste d’une part et Claude et Jacques Vincent père et fils serrurier et horloger résidant à Beaufort d’autre, a été convenu ce qu’il suit. Le dit Vincent se charge de faire toutes les réparations qui seront nécessaires à la dite horloge de ladite communauté d’Aouste qui consistent aux articles ci-après

Faire à neuf la roue, lanterne de porte, lanterne du mouvement ainsi que la main, redressera et réparera les verges en fer servant à la montre de la place, y faire une roue à neuf, de 72 dents contre un pignon de six, les chevilles de lanterne en acier trempé pour les maîtresses roues seront fait à neuf le tout et sa verge seront remplacé par un neuf , tous les trous des pivots des rouages seront rengrenés en la tour. La lanterne du remontoir, sa main et porte main seront fait à neuf ainsi que le cercle de la roue de compte refaire à neuf . Le chien du rochet de la sonnerie et du mouvement et les reposes du volet, accommodera son pignon . Les pignons et lanterne du dit coté seront refaits de même que la détente à la nouvelle construction. Les chevilles de toutes les lanternes ou pignons de roue seront faits en acier bien trempé. Toutes les roues servant à la denture seront passées au tour. Enfin le dit Vincent se soumet de faire tout ce qu’il est nécessaire à la dite horloge qui sera reçue et examinée par un homme de l’art aux frais de la communauté qui se charge aussi de l’échafaudage qui sera nécessaire pour placer la dite horloge ainsi que la maçonnerie de manière que le dit Vincent ne sera tenu que d’aménagement de celle-ci, toutes les pièces vieillies qui seront hors d’usage resteront à la communauté . Le dit sieur Tavan se soumet ensuite du pouvoir qui lui a été donné par délibération du 7 du présent de fournir au dit Vincent un mandat de la somme de 150 livres sur le collecteur de la communauté laquelle somme est le prix de toutes les réparations ci dessus. Le dit Vincent se charge de rendre la dite horloge bien et dûment réparée dans le courant du mois de l’an prochain et de garantir la dite réparation pendant l’espace d’un an à peine de tous les dépens, dommages et intérêts

Fait en double à Aouste le 15 décembre 1787 C Vincent J Vincent

Convention payée au sieur Vincent horloger pour l’horloge de Aouste

15 décembre et 21 décembre convention privée avec le nommé Vincent et mandat en sa faveur de 150 livres

Bon pour entrer au compte pour 150 livres

Payé au compte de 1787

Sieur Louis André collecteur de la communauté d’Aouste payez aux sieurs Claude Vincent et Jacques Vincent père et fils, maîtres serrurier et horloger la somme de cent cinquante livres pour les réparations faites « au dit » horloge de la dite communauté ensuite du pouvoir qui m’a été donné par la délibération du 7 du mois d’octobre dernier, laquelle somme vous sera allouée dans vos comptes en rapportant le présent dûment acquitté

Fait Aouste le 21 décembre 1787 Tavan Consul

Pour acquit à Aouste le dit jour, Vincent  » 

    • Travaux de réfection à l’horloge effectués par Louis Granjon maître maçon pour 17 livres 10 sols en 1788 (DD 3/66)

 » Du courant de décembre 1788

Epoque que l’on arrangeait l’horloge

Mémoire des journées et fournitures que nous avons employées à l’église ordonnées par Mr Tavan consul

Premièrement

½ journée pour oter l’aiguille de la monte ici 15 sols

2 journées pour faire l’étagère pour reblanchir la monte ici 3 livres

2 journées pour percer le mur et faire un cadre en dedans pour

remettre le cadran, fourni une travelle de bois de sapin à peine 3 sols

Plus 3 bouts de bois de sapin pour l’horloge 15 sols

9 journées pour enduire la montre ou faire le mortier 3 livres

2 quintaux de chaux 32 sols

Plus 2 journées pour défaire l’étagère ou pour arranger les tuiles

à la place de la dite étagère ici 3 livres

Plus 2 planches de sapin au dessus de la montre 1 livre 10 sols

100 clous pour la dite horloge 10 sols

Monte le tout 13 livres 15 sols

Total ici 17 livres 10 sols

Granjon « 

D’autres réparations ont émaillé la vie de cette horloge au vu des comptes consulaires et des comptes receveurs.

Ainsi :

    • Le 7/7/1731, Philippe Guillaume Aymar consul a payé 1livre à Beal pour réparation de l’horloge (CC 34-8° cahier)

    • En 1732, Christophe Tavan receveur-collecteur demande : « Il sera aussi alloué au sr Tavan comptable la somme de 24 livres qu’il a payé à François Eveque pour ses gages des soins qu’il a démonter (= remonter) l’horloge du dit Aouste pendant la susdite année 1732 ensemble 10 deniers pour le papier marqué du mandat expédié au dit Eveque par Mr le châtelain en date du 5/12/1732 coté de N° 26 « . (CC 47 1° cahier )

    • Le 20/4/1734, Jean Moulin consul a payé 6 livres André Réal serrurier pour avoir réparer l’horloge et pour une courroie qu’il a fournie, (CC34 –10° cahier).

    • En 1734, Christophe Tavan receveur-collecteur demande : « Plus demande aussi le sr comptable qu’il lui soit alloué la somme de 24 livres qu’il a payé au sr Jean François Evèque pour ses gages de monter l’horloge du dit lieu d’Aouste pour l’année 1734 ensemble les 10 deniers pour le papier marqué du mandat qu’il lui a été expédié par Mr Chapais le châtelain acquitté le 28/12/1734 coté de N° 18  » (CC47-2° cahier). Christophe Tavan sollicite la même demande le 27/12/ 1735 pour l’année 1735 ( N° 23 )(CC 47-3 cahier ), le 30/12/1736 pour l’année 1736 (N°19)(CC 47-4° cahier), le 9/12/1737 pour l’année 1737 ( N° 2 ) (CC 47-5° cahier) et le 24/12/1738 pour l’année 1738 (N° 22) (CC 47-6° cahier).

    • Le 19/4/1737, Jacques Rolland consul a payé à un serrurier de Crest 1 livre 10 sols pour avoir fait réparer l’horloge et aussi 1 livre 16 sols 6 deniers pour avoir fait venir de Crest un serrurier pour la réparer (CC34-4).

    • En 1739, Henry Chapé consul a payé 12 sols à Réal serrurier pour réparer l’horloge (CC35-1).

    • En 1740, Marie Achard veuve de Jean Pierre Achard receveur-collecteur, demande : Il sera de même alloué dans le présent compte la somme de 24 livres 10 deniers que la comptable a payé à Jean François Eveque pour ses gages de « monter » l’horloge de ce lieu comme appert du mandat acquitté par le dît Eveque le 7/12/1740 coté de N° 17 en ce compris 10 deniers pour le papier timbré du dit mandat » (CC 47-7° cahier).

    • Le 24/12/1740, Antoine Lauziere consul a payé 3 livres à Real pour réparation du marteau de l’horloge (CC35-1° cahier).

    • En 1743, Jean Archinard consul a payé 12 sols à André Réal serrurier à Crest pour avoir réparé le cadran de l’horloge (CC35-3° cahier).

    • Le 18/7/1749, Jean Pierre Ponçon, consul a fait porter l’horloge à Beaufort pour la faire réparer (CC 35-9° cahier) .

    • Le 6/5/1750, Etienne Eymery consul à payé 15 sols à Jean Liotard pour avoir réparé le marteau de l’horloge (CC35-10° cahier).

    • Le 28/4/1753, Pierre Lanthelme consul a payé 2 livres 10 sols pour bois, clous et travaux de réparation des degrés de bois du clocher pour aller remonter l’horloge (CC36 1° cahier).

    • Le 4/1/1754, Joseph Perier consul a payé 1 livre 2 sols à Ducros maréchal pour réparation de la cloche et 3 sols le 23/11 pour une autre réparation (CC36 2° cahier).

    • En 1755, Claude Silvestre consul a payé 1 livre pour faire réparer le marteau de l’horloge (CC 36 4° cahier).

    • En, 1756, Jacques Bounier consul a payé 2 livres 2 sols à Charbonneau pour deux livres de corde pour l’horloge et 1livre 16 sols le 25/7 à Jacques Gentias serrurier pour réparation CC 36 3° cahier).

    • Le 20/5/1759, Antoine Forget consul a payé 1 livre 4 sols à Louis Girodet pour réparation de la pendule de l’horloge (CC 36 –3).

    • En 1760, Pierre André consul a payé 1 livre à Jacques Gentias pour réparer l’horloge (CC 36-4)

    • Le 30/4/1761, Claude Bouroulet consul a payé 15 sols à Jacques Gentias serrurier et 16 sols en octobre pour réparer le marteau de l’horloge ainsi que 24 livres 1 sol le 25/3/1764 à Giry de Crest pour avoir marqué les deux cadrans de l’horloge CC 36-4° cahier).

    • Les 29/3/1762, 5/4 et 10/4, Louis Granjon consul a payé 2 livres 8 sols à Jacques Gentias et Pierre Tavan pour réparer le marteau de l’horloge et y faire une barre CC 36-5).

    • Le 25/2/1765, Louis Granjon consul a payé à Jacques Gentias serrurier 2 lives 8 sols l pour avoir refait à neuf la barre du marteau de l’horloge et le 8/5/1765, 9 livres 4 sols à un cordier de Crest pour le prix de 23 livres de corde pour l’horloge et pour la lampe à raison de 3 sols le livre au vu de la quittance (CC 36-7).

    • Le 10/11/1767, Louis André consul a payé 1 livre à Jacques Gentias serrurier pour réparer l’horloge et 12 sols à Tavan maréchal pour avoir réparer le marteau de l’horloge (CC 36-5).

    • Le 5/7/1768, François Dorille consul a payé 12 sols à Jacques Gentias pour réparation du marteau de l’horloge (CC 36-8).

    • En 1769 et 1770, Antoine Terrasse consul a payé 11 lires 2 sols à Vincent maître horloger à Beaufort et à Jacques Gentias pour les réparations faites à l’horloge en 1769 et 1770. De même, il a payé 24 livres le 1/5/70 à François Eveque pour ses gages d’une année pour remonte de l’horloge suivant quittance du 2/12/70 (N°7)(CC 36-6 ).

    • En 1771, Jacques Lambert consul a payé 24 livres à François Eveque pour ses gages d’une année pour remonter l’horloge (CC 36-10).

    • Le 25/5/1785, Antoine Tavan consul a payé 2 livres à Jacques Gentias serrurier pour avoir réparé l’horloge (CC 36-8° cahier).

    • Le 21/12/1787, Antoine Tavan consul a payé 6 livres 2 sols à Mr Aguiton pour l’achat d’une corde pour l’horloge et 3L 10s pour fournir en huile, clous et autres objets pour arranger l’horloge ; en contrepartie, il a perçu 4 livres 5 sols pour le prix des vieilles cordes de l’horloge (CC 36-10° cahier). Rien ne se perd, pas de petit bénéfice !

L’ancienne église Notre Dame ayant été détruite en 1863, l’horloge de 1725 a été perdue.

Une nouvelle horloge sera mise en place sur le clocher dès 1881 à la demande de la municipalité et des habitants. Le village d’Aouste possédant de nombreuses usines, il était nécessaire de connaître les heures de prises et sorties de fonctions.

Le 15 mai 1881, le maire communique au conseil :

 »  Le projet de traité qu’il a passé le 1er mai courant à Mr Martin horloger mécanicien domicilié à Crest pour l’établissement d’une horloge publique à placer dans le clocher le l’église à lieu et à assurer les ressources nécessaires pour le paiement de cette dépense qui s’élèvera à la somme de 2850 francs …  » (1D5)

Le devis joint est approuvé parle Conseil Municipal le même jour.

Mais cette horloge n’a pas résisté à l’usure du temps. Suivant la séance du Conseil Municipal du 31 décembre 1925 (1D7 page 287) il est établi qu’une horloge de remplacement de celle existante est proposée. Le consul déclare :  » … suite de fréquentes réclamations justifiées du public et devant le constat que l’horloge est complètement usée et de nombreuses et onéreuses réparations n’ont pu rétablir sa marche régulière, un projet est établi par Mr Delorme horloger de la maison Charpet aîné et fils de Lyon pour s’engager à fournir et installer dans le clocher une horloge sonnant les heures et répétition, les demies et les quarts avec cadran principal translucide pour le prix à forfait de 942 francs « . L’achat est approuvé le même jour par le Conseil.

Par ailleurs, on peut noter, au vue des délibérations du Conseil Municipal, qu’un « remonteur » officiel s’occupait de l’horloge publique. A en juger :

    • Le 6 février 1944 le Conseil décide une augmentation du salaire du « remonteur » de l’horloge communale à Mr Géry Léon de 200 francs par mois et 1100 francs par an à compter du 1er janvier 1944 (1 D 8 page 89 N°171)

    • Le 22 septembre 1945 : augmentation de 500 francs par an à compter du 1er octobre 1945 (1 D 8 page 89 N°171) et 5000 francs an à compter du 1er octobre 1949 ( 1 D 8 page 114 N° 228)

    • Le 5 octobre 1951 : Mr Paul Marlhins remplace Géry pour remonter l’horloge partir de 1er janvier 1951 (1 D 8 page 200 N° 425 )

    • Le 20 septembre 1953 : Mr Maurice Hilaire remplace Mr Marlhins comme « remonteur » de l’horloge pour 7200 francs an à compter du 1er août 1953 (1 D 8 page 234 N° 516)

    • Le 23 juin 1962 : Mr Georges Rivoiron est nommé  » remonteur  » de l’horloge à compter du 1er juillet 1962 pour 180 NF par an en remplacement de Mr Maurice Hilaire (1 D 8 page 340 N° 798)

    • Le 11octobre 1968, le salaire du  » remonteur  » d’horloge, Mr Georges Rivoiron, est porté à 72 f par trimestre pour 8 heures de travail à 3 f de l’heure (1 D 8 page 440 N° 961).

En ce qui concerne le clocher, certaines réparations se sont avérées nécessaires au cours du XXe siècle, notamment :

Le 7 février 1909 : Le Conseil Municipal approuve les travaux de réparation du clocher de l’église par délibération : « … danger permanent que depuis quelque temps présente le clocher de l’église communale, danger causé par la chute de pierres pouvant occasionner de graves accidents … » De même il approuve les plans et devis de Mr Peysson architecte de Crest pour une somme de 2000 francs. (1D 6 page 140 ). Le 20 avril 1909 le Préfet donne son accord. Les travaux ont été effectués par Mr Sibourg, maçon, par adjudication du 23 mai 1909 (1D 6 page 136)

Le 7 mai 1950, le maire avise le Conseil qu’il faut faire réparer la croix du clocher menaçant de s’effondrer suite la destruction du pont. (1 D 8 page 186 N° 386). le 12 juillet 1953, la commune demande l’ autorisation de réparation (1 D 8 page 229 N°503) qui sera approuvée par le Préfet le 24 août suivant. L’avenant de Mr Mottin, architecte, pour ces travaux de réfection du clocher de l’église seront réglés au titre d’indemnités pour dommages de guerre Vercors -Drôme (1 D 8 page 252 N° 262 du 6/2/1954)

Par ailleurs  en 1987, un « nettoyage, mise aux normes  » a été effectué.

Voici le montant des travaux réalisés sur ces trois dernières années à l’église :

    • Réfection diverses sur le clocher (zinguerie sur corniches, remplacement des abat-sons sur 4 faces, et travaux sur beffroi) = 56 149.11€

    • Travaux de protection contre la foudre = 6 292.80€

    • Porte de l’église côté droit = 3 414.00€

Il est bon de savoir que l’entretien de l’église, bâtiment communal, coûterait cher à la commune !!!

Depuis le 16 février, l’horloge équipée d’un mécanisme tout neuf a repris son cours et égrène tranquillement le cours du temps.