Corporations de métiers au Moyen Age

Corporations de métiers au Moyen Age : origine, première organisation des associations ouvrières

 

L’histoire ne nous fait pas assister à la formation des corporations de métiers ; quand elles nous apparaissent dans les documents, notamment dans une charte de 1160 datant du roi Louis VII, elles comptent déjà de longues années d’existence et nous offrent une organisation complète.

Continuer la lecture de « Corporations de métiers au Moyen Age »

Etablissement de la  » Petite Poste  » dans Paris

Etablissement de la  » Petite Poste  » dans Paris

 

Au XIVe siècle, l’Université de Paris avait en charge un système de messageries qui assuraient le transport des voyageurs, des paquets et des correspondances. Ces dernières étaient souvent portées par des « petits messagers » que les vieilles chartes qualifient de nuntii volantes.

Continuer la lecture de « Etablissement de la  » Petite Poste  » dans Paris »

La « toupine » et le « torpilleur »

La « toupine » et le « torpilleur »

 

 

La majorité de nos contemporains connaissent le confort et l’hygiène. Il faut savoir que cette situation fut conquise de haute lutte, par un combat pugnace qui s’étend sur plusieurs siècles. Il fallut donc s’accommoder des tas d’ordures pestilentielles accumulés à proximité des maisons, comme de la collecte des vidanges humaines par des moyens rudimentaires.

Continuer la lecture de « La « toupine » et le « torpilleur » »

Les rémouleurs, rétameurs et rempailleurs de chaises

Les rémouleurs, rétameurs et rempailleurs de chaises

 

Par les temps que voici, tout le monde se débarrasse de tout objet qu’il considère comme obsolète pour le remplacer par un neuf. Nos chemins ont été marqués pendant plusieurs décennies par ces marchands ambulants spécialisés qu’étaient les rétameurs, rémouleurs et rempailleurs de chaises…

Continuer la lecture de « Les rémouleurs, rétameurs et rempailleurs de chaises »

La machine à coudre, le fil des jours

La machine à coudre, le fil des jours

 

Aujourd’hui devenu banale, la machine à coudre est pourtant un outil d’une précision mécanique digne de l’horlogerie, un objet qui révolutionna en son temps  les usages et métiers de chacun. La machine à coudre « familiale » était si bien conçue dès les premiers modèles que même les plus anciens peuvent encore rendre service bien que certaines servent d’objets de décoration.

Continuer la lecture de « La machine à coudre, le fil des jours »

Le déclin de la filature et du moulinage

Le déclin de la filature et du moulinage

 

Au début des années 1870, la Fabrique lyonnaise de soieries fait travailler dans le Sud-est de la France six cent quarante-deux filatures, soit plus de vingt mille bassines, (bassine: récipient métallique contenant de l’eau chaude dans lequel baignent les cocons afin de qu’ils puissent se dévider). et huit cents moulinages de soie, soit trois cent quarante mille tavelles. La crise séricicole entraîne la disparition des filatures : au milieu des années 1880, elles ne sont plus que trois cent quatre-vingt-cinq en France alors que le moulinage maintient et renforce ses positions.

Continuer la lecture de « Le déclin de la filature et du moulinage »

Compter le temps

Compter le temps

 

 

Dès la plus haute antiquité, l’homme a senti le besoin de mesurer le temps. L’histoire de la mesure du temps remonte aux premières civilisations (Égypte, Chine). La mesure du temps a rapidement été une préoccupation importante, notamment pour organiser la vie sociale, religieuse et économique des sociétés. Les phénomènes périodiques du milieu où l’Homme vivait – comme le déplacement quotidien de l’ombre, le retour des saisons ou le cycle lunaire – ont servi de premières références.

Continuer la lecture de « Compter le temps »

Des métiers autrefois …

Des métiers autrefois …

 

 

Dans les bourgs et villes du Moyen Âge, après l’An Mil, les artisans s’organisent sous forme d’associations professionnelles, les « corps de métiers ». Certains métiers n’existent plus, d’autres existent encore mais beaucoup de métiers restent inconnus. Connaissions-nous leurs activités et quelle rapprochement pouvons-nous en faire dans notre société ?

Continuer la lecture de « Des métiers autrefois … »

La fabrication du papier

La fabrication du papier

Atelier des piles raffineuses et blanchisseuses au XIXe siècle.

Vers 1440, nouvelle révolution : l’invention de la typographie (basée sur le principe de caractères mobiles) par Gutenberg dope l’utilisation et donc la fabrication du papier, qui deviendra complètement artisanale avec la généralisation des piles à maillets actionnées par l’énergie hydraulique. Continuer la lecture de « La fabrication du papier »

Le savon de Marseille

Le savon de Marseille

 

 

Le savon de Marseille est un type de savon résultant de la saponification d’un mélange d’huiles essentiellement végétales par la soude. Particulièrement efficace par son pouvoir nettoyant, ce produit utilisé pour l’hygiène du corps peut être fabriqué de façon industrielle ou artisanale. Une teneur de 72 % en masse d’acide gras était garantie dans le savon de Marseille traditionnel, uniquement préparé à partir d’huile d’olive. Continuer la lecture de « Le savon de Marseille »

Métier jacquard ou métier lyonnais

Métier à la Jacquard ou plutôt Métier lyonnais

 

 

En parcourant les différents articles du Moniteur des soies, de Lyon, de la Revue du Lyonnais, du journal le Dauphiné et de la Revue du Dauphiné et du Vivarais, on se demande s’il ne serait pas utile de résumer succinctement l’historique de ce métier qui, sous le nom impropre de Jacquard, a fait le tour du monde, ayant été une des principales causes de la prospérité des manufactures de tissus, spécialement des fabriques de soieries de Lyon. Continuer la lecture de « Métier jacquard ou métier lyonnais »

Le tissage, la teinture et l’impression sur soie

Le tissage

 

Le tissage est la façon de croiser des fils (fils de chaîne et fils de trame) pour former un ensemble solide.

L’homme a inventé le tissage bien avant sa sédentarisation : époque paléolithique. On a retrouvé des traces des premiers tissus grâce à l’empreinte laissée sur des poteries. Les tissus eux mêmes ont beaucoup de mal à se conserver. Les vestiges textiles sont peu nombreux.

Continuer la lecture de « Le tissage, la teinture et l’impression sur soie »

L’élevage du ver à soie

Elevage du ver à soie

 

 

La sériciculture est l’élevage du ver à soie qui est lui-même la chenille d’un papillon, le Bombyx mori. Elle consiste en l’ensemble des opérations de culture du mûrier, d’élevage du ver à soie pour l’obtention du cocon, de dévidage du cocon, et de filature de la soie. L’élevage s’effectue à partir des œufs du papillon appelés selon l’usage  » graines « . Continuer la lecture de « L’élevage du ver à soie »

Le moulinage

Le moulinage

 

 

Des chapelets de petites entreprises qu’il hésitait à appeler usines se rencontraient au fond des vallées abruptes, c’étaient des moulinages. Un petit torrent canalisé avant chaque bâtiment suffisait autrefois à entraîner toutes les roues à aubes : parfois les roues des moulins à farine, mais bien plus fréquemment celles des moulins à soie. Continuer la lecture de « Le moulinage »

Le maréchal-ferrant

Le maréchal-ferrant

 

 

Lieu de passage, lieu de rencontre dans le village : la maréchalerie ; c’est là que le maréchal-ferrant exerce son art. Pour le meilleur ami de l’homme, il est celui qui chausse le sabot, mais aussi celui qui s’occupe des dents, soigne les maux ou pratique les saignées. Celui qu’on appellera plus tard le maréchal soigneur est en quelque sorte, l’ancêtre de notre vétérinaire. D’aucuns le disent aussi quelque peu sorcier, est-ce parce qu’il côtoie le feu quotidiennement ? Continuer la lecture de « Le maréchal-ferrant »

Moulins à eau et meuniers

Moulins à eau et meuniers

 

Un moulin à eau est une installation destinée à utiliser l’énergie mécanique produite par le courant d’un cours d’eau qui est amenée au moulin par un bief. Elle est utilisée à moudre, à broyer, piler, pulvériser diverses matières alimentaires ou para-alimentaires, voire pour seulement les fragmenter ou pour faciliter l’extraction ultérieure de certains corps liquides présents, comme les huiles. Elle servira, du 13e au 18e siècle, à la fabrication du papier par réduction des chiffons en pâte à papier, les moulins à foulon . Elle était aussi utilisée pour le fonctionnement des métiers à tisser ou pour le travail des métaux. Continuer la lecture de « Moulins à eau et meuniers »

Le four à chaux

Le four à chaux et la chaux

 

 

Le four à chaux ou chaufour est une catégorie de four à calcination dans lequel on transforme le calcaire en chaux par calcination et accessoirement où l’on cuit la céramique. C’est généralement un ouvrage vertical fixe et ouvert par le haut, mais on trouve également des fours horizontaux et rotatifs. Continuer la lecture de « Le four à chaux »

L’alambic

L’ alambic et la distillation

 

 

Un alambic est un appareil destiné à la séparation de produits par chauffage puis refroidissement (distillation).

L’alambic fut d’abord utilisé pour fabriquer des parfums, de l’essence ou des médicaments, avant de permettre la production d’eaux-de-vie par distillation de jus de fruits fermentés. Continuer la lecture de « L’alambic »

La »buée » ou la lessive d’aurefois

La « buée » ou la lessive d’autrefois

 

 

Afin de lutter contre les épidémies de choléra, variole, typhoïde, une loi du 5 février 1851 demande aux communes l’édification de lavoirs publics ; ces lavoirs couverts facilitent le travail des lavandières : elles peuvent laver et rincer le linge par tous les temps. Les lavoirs ont aussi un rôle social, c’est un lieu de rencontre et d’échange. Continuer la lecture de « La »buée » ou la lessive d’aurefois »

Au temps des moulins du Diois

Au temps des moulins du Diois

Article de Séverine Beaumier paru dans « « Etudes Drômoises » N°22 de juin 2005

 

L’eau vive fascine. La ferme de mes grands parents était située au bord d’un canal et d’une rivière. J’étais attirée par le lavoir, par la grande roue du moulin sous laquelle on apercevait le dos noir de belles truites. J’aimais l’odeur de la farine qui fusait des ouvertures du moulin. Le lavoir est depuis longtemps Continuer la lecture de « Au temps des moulins du Diois »