L’évolution de la presse de Jules César au Second Empire

L’évolution de la presse de Jules César au Second Empire

 

 

Si le premier journal est fondé par Jules César au temps de son premier Consulat pour combattre la puissance et amoindrir le prestige du Sénat romain, l’ancêtre de la Presse moderne entre bientôt dans une longue période de sommeil, avant que l’imprimerie ne lui insuffle un nouveau souffle.

Continuer la lecture de « L’évolution de la presse de Jules César au Second Empire »

Les frais de justice au XIVe siècle

Frais de justice au XIVe siècle

 

 

Comprenant le coût entier du procès, notamment les frais d’instance et les frais de voyages et de nourriture, les dépens avaient, avant la Révolution et notamment au XIVe siècle, une portée considérable : le parlement faisait plaider gratuitement la cause des plus pauvres, mais pour les autres l’évaluation des dépens faisait l’objet de contestations entre les parties lorsque la nécessité voire la réalité voire des sommes engagées n’était pas démontré.

Continuer la lecture de « Les frais de justice au XIVe siècle »

La succession de Louis XIV

La succession de Louis XIV

 

Le roi Louis XIV meurt le 1er septembre 1715 aux alentours de 8 h 15 d’une gangrène sénile,. Elle signe non seulement la mort et la fin d’un règne personnel de 54 ans, mais surtout un changement de main, avec la lutte de succession qui s’ensuivit au Parlement de Paris, au profit de son neveu Philippe d’Orléans nommé régent du royaume.

Continuer la lecture de « La succession de Louis XIV »

Félize Regnard

Félize Regnard

 

Dite aussi Phélise Renard, Phélise Reynard ou Félise Regnard) (1424-1474), dame de la châtellenie de Beaumont (en Trièves) (de 1452 à 1456), et de la châtellenie de La Mure à Mathésine (du 26 octobre 1461 à 1463), était la fille d’Aymar Reynard, seigneur de Saint Didier, et fut la première maîtresse du roi de France Louis XI .

Continuer la lecture de « Félize Regnard »

Corporations de métiers au Moyen Age

Corporations de métiers au Moyen Age : origine, première organisation des associations ouvrières

 

L’histoire ne nous fait pas assister à la formation des corporations de métiers ; quand elles nous apparaissent dans les documents, notamment dans une charte de 1160 datant du roi Louis VII, elles comptent déjà de longues années d’existence et nous offrent une organisation complète.

Continuer la lecture de « Corporations de métiers au Moyen Age »

Les assemblées politiques avant 1789 

Les assemblées politiques avant 1789 

 

Les assemblées politiques avant 1789 existaient, mais comment le peuple français était associé aux décisions gouvernementales. On croit assez généralement que, du 5 mai 1789, jour de la réunion des États-Généraux à Versailles et qui déboucha sur la suppression des trois ordres ainsi que l’avènement d’une Assemblée constituante, date la participation du peuple français à son gouvernement.

Continuer la lecture de « Les assemblées politiques avant 1789  »

Du papier au livre, le web de la Réforme

Du papier au livre, le web de la Réforme

 

Du latin au français, en passant du parchemin au papier imprimé, avec l’invention de Gutenberg (Johannes Gensfleisch zur Laden zum Gutenberg, dit Gutenberg), le livre échappe au monopole de l’Église. Jusque là réservé aux clercs, aux princes et aux nobles, il passe entre les mains de tous ceux qui savent lire. Le papier va connaître les aléas de l’Histoire.

Continuer la lecture de « Du papier au livre, le web de la Réforme »

Un procès en lèpre au XVe siècle

Un procès en lèpre au XVe siècle

 

 

Il s’agit d’un procès en lèpre qui, quoique débattu devant un tribunal moins élevé que le Parlement, tire encore de son objet et de la rareté du cas, un intérêt véritable. Flore Giraud, femme d’Antoine Meffre, de Salles, près Grignan, fut soupçonnée d’être atteinte de la lèpre, mal dont le caractère contagieux obligeait à la séquestration.

Continuer la lecture de « Un procès en lèpre au XVe siècle »

Louis Mandrin, bandit ou héros ?

Louis Mandrin, bandit ou héros ?

 

Louis Mandrin, une sorte de robin des bois pour les uns, un bandit pour les autres qui, à la fin du XVIIIe siècle, organisait un réseau de contrebande au nez et à la barbe de la Ferme générale (collecteurs d’impôts indirects), l’institution la plus puissante et la plus impopulaire de l’Ancien régime. Véritable héros aux yeux du peuple, il lui permettait d’acquérir à bas prix des produits coûteux comme le sel ou le tabac, des marchandises rares ou prohibées. Pour les autorités, il était l’homme à abattre. Mais l’histoire de Mandrin est hautement plus passionnante encore…

Continuer la lecture de « Louis Mandrin, bandit ou héros ? »

Une précieuse horloge

Une précieuse horloge

Vente en viager d’une pendule à seconde et à quantième

 

Alors que nos vies sont rythmées par des horaires précis, l’horloge est devenue un objet quotidien que l’on ne regarde que pour l’information qu’elle nous donnera, à savoir : suis-je en retard ? Elle a envahi les façades des édifices publics, églises, mairies, gares, mais aussi l’intérieur des maisons particulières.

Continuer la lecture de « Une précieuse horloge »

Louis II en son Dauphiné

Louis II en son Dauphiné

 

 

Depuis qu’en 1349 le dauphin Humbert II, sans héritier, a légué son territoire au fils aîné du Roi de France, celui-ci porte le titre de « Dauphin » et il est donc le suzerain de cette province. En 1355 le traité de Paris met fin aux guerres avec le comte de Savoie et fixe la frontière nord du Dauphiné sur le Rhône et le Guiers.

Continuer la lecture de « Louis II en son Dauphiné »

Etablissement de la  » Petite Poste  » dans Paris

Etablissement de la  » Petite Poste  » dans Paris

 

Au XIVe siècle, l’Université de Paris avait en charge un système de messageries qui assuraient le transport des voyageurs, des paquets et des correspondances. Ces dernières étaient souvent portées par des « petits messagers » que les vieilles chartes qualifient de nuntii volantes.

Continuer la lecture de « Etablissement de la  » Petite Poste  » dans Paris »

La « toupine » et le « torpilleur »

La « toupine » et le « torpilleur »

 

 

La majorité de nos contemporains connaissent le confort et l’hygiène. Il faut savoir que cette situation fut conquise de haute lutte, par un combat pugnace qui s’étend sur plusieurs siècles. Il fallut donc s’accommoder des tas d’ordures pestilentielles accumulés à proximité des maisons, comme de la collecte des vidanges humaines par des moyens rudimentaires.

Continuer la lecture de « La « toupine » et le « torpilleur » »

Les rémouleurs, rétameurs et rempailleurs de chaises

Les rémouleurs, rétameurs et rempailleurs de chaises

 

Par les temps que voici, tout le monde se débarrasse de tout objet qu’il considère comme obsolète pour le remplacer par un neuf. Nos chemins ont été marqués pendant plusieurs décennies par ces marchands ambulants spécialisés qu’étaient les rétameurs, rémouleurs et rempailleurs de chaises…

Continuer la lecture de « Les rémouleurs, rétameurs et rempailleurs de chaises »

La ligne de Pierrelatte à Nyons

La ligne de Pierrelatte à Nyons

 

 

Voici une petite ligne qui suivait un parcours étonnant, prenant sa source et se terminant en Drôme, elle desservait au passage l’enclave des Papes. Elle n’a pas connu la gloire et a disparu trop rapidement dans l’indifférence presque totale. Presque concurrente de la ligne du Buis, elle aurait pu pourtant prétendre à un avenir meilleur car, elle, était à l’écartement de la voir normale. Les travaux d’aménagement du Rhône ont été le prétexte facile à sa prompte disparition…

Continuer la lecture de « La ligne de Pierrelatte à Nyons »

Chemins de fer départementaux de la Drôme

Chemins de fer départementaux de la Drôme

 

 

Les Chemins de fer départementaux de la Drôme étaient un réseau de chemin de fer secondaire à voie métrique créé par le département de la Drôme. Ce réseau long de 195 km, a fonctionné entre 1893 et 1935. Il est exploité dans un premier temps par la  » Compagnie des chemins de fer de la Drôme  » puis a été repris par la  » Régie des chemins de fer de la Drôme « .

Continuer la lecture de « Chemins de fer départementaux de la Drôme »

La machine à coudre, le fil des jours

La machine à coudre, le fil des jours

 

Aujourd’hui devenu banale, la machine à coudre est pourtant un outil d’une précision mécanique digne de l’horlogerie, un objet qui révolutionna en son temps  les usages et métiers de chacun. La machine à coudre « familiale » était si bien conçue dès les premiers modèles que même les plus anciens peuvent encore rendre service bien que certaines servent d’objets de décoration.

Continuer la lecture de « La machine à coudre, le fil des jours »

Le déclin de la filature et du moulinage

Le déclin de la filature et du moulinage

 

Au début des années 1870, la Fabrique lyonnaise de soieries fait travailler dans le Sud-est de la France six cent quarante-deux filatures, soit plus de vingt mille bassines, (bassine: récipient métallique contenant de l’eau chaude dans lequel baignent les cocons afin de qu’ils puissent se dévider). et huit cents moulinages de soie, soit trois cent quarante mille tavelles. La crise séricicole entraîne la disparition des filatures : au milieu des années 1880, elles ne sont plus que trois cent quatre-vingt-cinq en France alors que le moulinage maintient et renforce ses positions.

Continuer la lecture de « Le déclin de la filature et du moulinage »

Compter le temps

Compter le temps

 

 

Dès la plus haute antiquité, l’homme a senti le besoin de mesurer le temps. L’histoire de la mesure du temps remonte aux premières civilisations (Égypte, Chine). La mesure du temps a rapidement été une préoccupation importante, notamment pour organiser la vie sociale, religieuse et économique des sociétés. Les phénomènes périodiques du milieu où l’Homme vivait – comme le déplacement quotidien de l’ombre, le retour des saisons ou le cycle lunaire – ont servi de premières références.

Continuer la lecture de « Compter le temps »

Chanson en patois de Beaufort

Chanson en patois de Beaufort sur Gervanne, canton de Crest-Nord (Drôme)

 Cette chanson, très populaire dans le pays, est l’œuvre d’un traiteur de Beaufort, Adolphe Breynat, mort en 1876. Elle a déjà été publiée dans le Journal de Die (22 nov. 1885). Nous en devons la communication à M. Liotard, instituteur à Beaufort. Elle est extraite de la Revue de philologie française et provençale : recueil trimestriel… 1889-1896

Continuer la lecture de « Chanson en patois de Beaufort »

Les registres paroissiaux et l’état civil d’Aouste

Les registres paroissiaux et l’étal civil d’Aouste

 

 

L’ordonnance de Villers-Cotterêts, en août 1539, rend obligatoire la tenue de registres de baptêmes par les curés de paroisses et leur dépôt au greffe de la juridiction civile concernée, d’où sa désignation sous le nom de registres paroissiaux ou de catholicité où sont consignés les baptêmes, mariages et sépultures de chaque paroisse. Continuer la lecture de « Les registres paroissiaux et l’état civil d’Aouste »

Le « grand hiver » de 1709

Le « grand hiver » de 1709

 

 

Parfois, un « air de Sibérie » s’abat sur la France… comme ce fut le cas au temps du Roi Soleil, lors de l’hiver 1709 qui reste dans la mémoire des Français comme le « Grand Hiver » (celui aussi de 1879), le plus grand froid depuis cinq cents ans et qui s’étalait de fin 1708 au printemps 1710 ! Voltaire disait « le cruel hiver de 1709 acheva de désespérer la nation »

Continuer la lecture de « Le « grand hiver » de 1709 »

Le travail des immigrés dans la Drôme de l’Entre-deux-guerres

Le travail des immigrés dans la Drôme de l’Entre-deux-guerres

 

 

L’Entre-deux-guerres a vu venir dans la Drôme des étrangers de tous horizons, réfugiés comme recrutés par les besoins de l’industrie. J.L. Huart nous resitue ici, entreprise par entreprise, l’apport de ces étrangers dans le développement industriel drômois.

Continuer la lecture de « Le travail des immigrés dans la Drôme de l’Entre-deux-guerres »

Des métiers autrefois …

Des métiers autrefois …

 

 

Dans les bourgs et villes du Moyen Âge, après l’An Mil, les artisans s’organisent sous forme d’associations professionnelles, les « corps de métiers ». Certains métiers n’existent plus, d’autres existent encore mais beaucoup de métiers restent inconnus. Connaissions-nous leurs activités et quelle rapprochement pouvons-nous en faire dans notre société ?

Continuer la lecture de « Des métiers autrefois … »

Autrefois, du pain, du vin et de la viande

Autrefois, du pain, du vin et de la viande

 

 

 

Nos ancêtres médiévaux n’étaient pas familiers avec une majorité des aliments de base qui nous semblent exister depuis toujours. L’assiette des Français se compose essentiellement de céréales. L’orge, l’avoine et le seigle pour les paysans, le blé pour les nobles, les céréales servant en grande partie à confectionner du pain. Le contenu de l’assiette marque son rang social et manger de la viande est considéré comme un luxe.

Continuer la lecture de « Autrefois, du pain, du vin et de la viande »

Aouste et la fée-électricité

Aouste et la fée-électricité

 

 Il y a cent ans l’électricité à Aouste

Alors que l’éclairage électrique en était encore à ses débuts dans notre pays, alors que les rues de Marseille ne connaissaient encore que les lampes à gaz et que Lyon se préparait à ses premières « illuminations », Aouste était l’une des premières communes de France à connaître l’électrification… voici tout juste un siècle !

Continuer la lecture de « Aouste et la fée-électricité »

Justice en France au Moyen Age

 

Justice en France au Moyen Age

 

 

Le morcellement du territoire et des pouvoirs locaux qui caractérise la France du début du Moyen Âge favorise la multiplication des justices privées, familiales, claniques. La dynastie mérovingienne tente de réaliser le passage à un système judiciaire public : sans parvenir à mettre un terme aux justices privées des grands propriétaires.

Continuer la lecture de « Justice en France au Moyen Age »

L’enseignement du Moyen Âge à la Révolution

L’enseignement du Moyen Âge à la Révolution

 

 

Au XIIe siècle se produit une véritable révolution scolaire. La Renaissance du XIIe siècle voit un progrès dans l’instruction, l’apparition des universités , telle l’Université de Valence, avec l’organisation unifiée de l’enseignement de tous les collèges des villes importantes et l’approfondissement de la connaissance des auteurs grecs (Aristote, et aussi Thalès, Euclide, Archimède, etc.).

Continuer la lecture de « L’enseignement du Moyen Âge à la Révolution »

Les lieutenants généraux de police sous l’Ancien Régime

 

Les lieutenants généraux de police sous l’Ancien Régime

 

 

Le titre de lieutenant général de police fut établi en 1667, à Paris, pour y assurer le maintien de l’ordre. À partir de 1699, d’autres lieutenants généraux de police furent établis dans les grandes villes de France.Le lieutenant général de police.

Continuer la lecture de « Les lieutenants généraux de police sous l’Ancien Régime »

Les procès pour impuissance au XVIIIe siècle

Les procès pour impuissance au XVIIIe siècle

 

 

Le mariage est un acte régi très tôt par l’Église. L’union entre un homme et une femme doit être unique et ne jamais être rompue du vivant des conjoints. Cependant, des annulations de mariage sont possibles pour un seul et unique motif. En France, c’est en 1426 qu’est prononcée la première annulation de mariage connue pour impuissance sexuelle.

Continuer la lecture de « Les procès pour impuissance au XVIIIe siècle »

Les voyages d’autrefois

Les voyages d’autrefois

 

 

Au XVIIIe siècle, les voyages étaient souvent longs et périlleux, et les différents lieux d’accueil du repos nocturne pouvaient déplaire autant que l’inconfort du moyen de transport. Dormir est un besoin impérieux, et si l’on peut se permettre de négliger une nuit de sommeil pour des voyages courts, lorsqu’ils durent plusieurs jours, il est nécessaire de trouver un repos réparateur et confortable.

Continuer la lecture de « Les voyages d’autrefois »

Vie quotidienne des prisonniers de la Bastille

Vie quotidienne des prisonniers de la Bastille ou le mythe des cachots insalubres

 

 

Dans la deuxième édition de « Légendes et archives de la Bastille » parue en 1898, ouvrage charmant et plein de faits nouveaux, l’historien Frantz Funck-Brentano, érudit bibliothécaire de l’Arsenal, nous révèle des détails vraiment surprenants sur la manière dont les pensionnaires de la célèbre prison d’Etat étaient nourris et soignés. Continuer la lecture de « Vie quotidienne des prisonniers de la Bastille »

Les débuts de la pharmacie

Pharmacie : fondements et première organisation de cet art

 

 

À l’origine des sociétés et avant la naissance des sciences, les hommes ont soigné leurs semblables alors que la médecine et la pharmacie n’étaient pas encore nées. L’instinct, le hasard, l’imitation des animaux furent les principaux éducateurs et inspirateurs de l’homme dans la recherche des moyens de guérir. Aussi la pharmacie, qui se distinguera de la médecine sous la Grèce antique et consistera en la seule préparation des remèdes, est-elle un art qui fut le berceau des sciences naturelles et physiques.

C’est de la pharmacie que l’illustre chimiste et académicien Jean-Baptiste Dumas (1800-1884) a pu dire en toute sincérité les paroles suivantes : « Les opérations de la pharmacie constituent, on ne le sait pas assez, la meilleure des écoles pour un esprit pénétrant et réfléchi. Elles s’exercent sur des productions provenant des minéraux, des plantes ou des animaux. Elles apprennent à observer les résultats de leur action réciproque, à tenir compte des effets de l’air, de la chaleur et des dissolvants sur chacune d’elles, c’est-à-dire à mettre à profit, pour la défense de la vie de l’homme, les matières et les forces dont il dispose.

« Elle opposa, pendant de longs siècles, les leçons de choses à l’esprit de système ; elle dissipa les rêves de l’alchimie, présida à la naissance de la chimie moderne et donna l’essor à l’étude des plantes. Les plus humbles de ses laboratoires, souvent témoins de méditations solitaires et fécondes sur les lois de la nature, ne perdraient ce privilège qu’au détriment de la science et du pays » (Éloge académique de Jérôme Balard, le 16 mai 1879 par Jean-Baptiste Dumas).

Des gens sans études et sans aucun motif déterminant employèrent, au hasard, des médicaments d’une vertu inconnue. Si le succès couronna leurs efforts, ils revinrent à ces médicaments clans les cas analogues ou jugés tels. Ils observèrent ainsi qu’un malade avait été soulagé, puis guéri à la suite des évacuations spontanées de sang ou d’autres humeurs, ou résidus de l’économie. Ils en conclurent qu’en pratiquant artificiellement les évacuations dans des cas semblables, la guérison pouvait être produite. De là vint l’usage des saignées, des purgatifs et des vomitifs, etc., qui furent longtemps toutes les ressources thérapeutiques des médecins.

Simultanément, les hommes observateurs découvrirent les propriétés de beaucoup de plantes, en observant leurs effets fortuits sur les animaux. Hérodote (Ve siècle avant J.-C.) et Pausanias (115-180) affirment que Mélampe (1500 ans avant J.-C.) découvrit la vertu purgative de l’ellébore en observant son effet sur les chèvres. Pline et Gallien disent que l’usage des clystères fut suggéré aux Égyptiens par l’ibis et la cigogne à qui la nature a fait un bec pouvant s’introduire dans l’anus et y insinuer un liquide qui nettoie l’intestin.

Nous voyons donc les guérisseurs prendre place dans les sociétés humaines. Il arriva dans cet ordre d’idées qu’ils devinrent des imposteurs, des charlatans exploiteurs de la crédulité des populations qui leur dressèrent des temples, des autels, les considérant comme des dieux.

un guérisseur

Quand l’homme eut à sa disposition l’écriture pour transmettre aux générations futures ses observations médicales, il le fit avec empressement. C’est ainsi qu’un empereur de Chine fit rédiger un recueil de recettes de médicaments reconnus bons par l’usage. Ces recettes étaient le produit de l’expérience avant la connaissance de la méthode expérimentale, c’est-à-dire de l’empirisme, et ce recueil de médicaments à la fois médical et pharmaceutique fut un recueil d’empirisme et ne pouvait être autre chose. Il devait être l’analogue de ces pharmacopées naïves et indigestes qui sont arrivées jusqu’à nos jours en traversant les civilisations égyptienne, grecque, romaine et arabe dont on retrouve les traces en Espagne, à Salerne, à Montpellier et à Paris.

Si nous quittons l’Asie et ses très anciennes civilisations pour étudier les développements de l’art médical et pharmaceutique dans des temps et des contrées plus rapprochés de nous, voici ce que nous trouvons : avant Hippocrate la médecine était exercée dans les temples par les asclépiades, prêtres d’Esculape, appelés aussi hiérophantes. Cette médecine s’appuyait sur des sentences philosophiques, religieuses et empiriques. Hippocrate (IVe siècle avant J.-C.) eut le mérite de séparer la médecine de la philosophie ; avec lui commence la période hippocratique ; ce qui n’empêche pas que dans la suite des temps nous retrouverons des médecins philosophes, comme on le voit dans Molière qui les a si spirituellement ridiculisés.

À certaines époques les malades étaient exposés publiquement devant ou dans les temples — le malade passait la nuit dans le temple, et le dieu lui envoyait un rêve dans lequel il lui ordonnait ce qu’il y avait à faire —, et les passants qui avaient été atteints des maux de même apparence étaient tenus d’indiquer les remèdes qui les avaient rendus à la santé. La recette était alors gravée sur des plaques de marbre et exposée à la vue de tous sur les parois du temple ; leur réunion formait quelque chose d’analogue à un formulaire. Cette réunion de formules médicales et pharmaceutiques fut en quelque sorte l’origine de la médecine clinique et des formulaires de pharmacie ; et c’est ainsi qu’on assiste par la pensée à la naissance de ces deux arts dans le même berceau.

Plus tard, les Grecs divisèrent la médecine en trois parties : la diététique, la pharmaceutique et la chirurgique ; c’est-à-dire qu’elle comprenait le traitement des maladies par la diète, par les médicaments ou par la chirurgie. On trouve cette classification dans Celse (IIe siècle), surnommé l’Hippocrate latin et le Cicéron de la médecine, contemporain d’Auguste et de Tibère.

Pendant toute cette période qui commence à la fondation de la célèbre école d’Alexandrie, le médecin soignant ses malades était en même temps, par la force des choses, pharmacien et chirurgien. Mais comme il ne suffisait pas à remplir ces trois fonctions, surtout celle de pharmacien, qui demande à celui qui l’exerce de se livrer à des manipulations spéciales, il se faisait aider par des affranchis. La fonction de ceux-ci, plus spécialement appelés rhizotomes ou herbarii, consistait à appliquer ce qu’on appelait la rhizotomie.

Ils se chargeaient d’aller recueillir des herbes médicinales soit pour le compte des médecins, soit pour les vendre sur le marché au public — Pline l’Ancien (23 ans après J.-C.) s’élève contre la pratique de ces herbarii qui, dans un but de lucre, s’étaient installés d’eux-mêmes fournisseurs de médicaments. Ils correspondaient, comme on voit, aux herboristes herborisant. Les médecins désignés sous le nom de pharmaceutæ, exerçant la médecine médicamentaire ou la pharmaceutique, achetaient ces plantes et en faisaient faire des confections chez eux par des employés, des gens à leur service. Ils achetaient aussi des produits médicamenteux aux pharmacopolæ, faiseurs d’extraits de plantes correspondant à peu près à ce que furent les épiciers-droguistes.

Ils se procuraient aussi leurs produits chez les pharmaceutribæ qui se bornaient à broyer et piler les drogues et à les revendre ensuite ; chez les splesarii ou pigmentarii qui revendaient aux médecins comme aux peintres, aux parfumeurs, les drogues et mélanges divers pour les arts en général. Mais on ne les voit pas à cette époque encore formuler des prescriptions, des ordonnances dont l’exécution aurait été confiée aux pharmacopei.

Ils avaient, chez eux, deux salles séparées, l’une pour les opérations et l’autre, une sorte de petite officine. Dans chacune d’elles, ils avaient des aides ou élèves pour les divers travaux ; les uns les aidaient dans les opérations, les autres préparaient les remèdes, les appliquaient sous leurs yeux ou bien allaient en ville les appliquer à leurs clients.

La nature de médicaments employés dans cette période de l’histoire de l’humanité qui commence à Hippocrate, succédant aux Asclépiades, pour finir après Galien, est connue. Nous y trouvons les narcotiques représentés par le pavot, l’opium, la jusquiame, etc., les fébrifuges par l’absinthe, la petite centaurée, etc., les vomitifs, par l’asarum, l’ellébore, etc., les laxatifs, par la mercuriale, etc., les purgatifs, par la coloquinte, la scammonée, etc.

N’est-il pas curieux de retrouver les médications et les médicaments employés encore de nos jours : les collyres, les torchisques, les gargarismes, les cataplasmes, les sinapismes, les onguents, pommades, cérats, etc. Et si nous poussons plus loin les investigations, nous retrouvons les mêmes procédés manipulatoires, l’infusion, la décoction, l’expression, l’évaporation, la fusion, la sublimation et la distillation per descensum ; avec les mêmes ustensiles, mortier, pierre à broyer, tamis, presses, râpes, etc. Ces médicaments et ces modes de préparation furent en usage pendant la période hippocratique et la période empirique de la médecine, périodes pendant lesquelles la polypharmacie prit déjà naissance et se continua à plus forte raison pendant la période alchimique qui leur succéda pour faire place elle-même à la période moderne.

Cette polypharmacie naquit de cette idée des médecins que lorsqu’un malade avait une maladie, un seul médicament devait suffire ; quand il avait deux maladies, il lui fallait deux médicaments ; quand il en avait trois, il lui en fallait trois, ainsi de suite. Cette polypharmacie eut ceci de bon qu’elle fut le point de départ de la recherche des propriétés des médicaments, de leur association, des incompatibilités régnant entre eux, etc. Par cela même l’exercice de la pharmacie devint un art s’appuyant sur les sciences naturelles d’abord, sur les sciences physiques et chimiques ensuite.

Quoi qu’il en soit, avec le temps les médecins cessèrent de préparer chez eux les emplâtres, les potions, etc. D’autre part les pharmacopoles et les pharmacopei commencèrent à attirer le public en exécutant et en vendant des médicaments à l’instar de ceux des médecins. Dès lors les anciens aides employés chez les médecins tentés par l’exemple s’établirent à leur tour et se chargèrent de préparer et d’appliquer les médicaments destinés aux malades, et cela d’après les ordres des médecins eux-mêmes. Par là naquit l’habitude de formuler sur une ordonnance la composition et le mode d’emploi des médicaments.

De ce moment aussi date la séparation des deux arts : la médecine, ou art de prescrire les médicaments, et la pharmacie, ou art de les préparer. Mais les médecins, en confiant l’exécution de leurs prescriptions à des tiers en boutique ou apothicaires (confectionarii), s’assurèrent leur domination et leur surveillance. En effet, nous trouvons dans l’histoire des sciences médicales de Daremberg le règlement le plus anciennement connu concernant l’exercice de la pharmacie au Moyen Âge.

Il est ainsi conçu : « Les droguistes (stationarii) et les apothicaires (confectionarii) sont placés sous la surveillance des médecins qui ne devront jamais faire marché avec eux ni mettre de fonds dans leurs entreprises, ni tenir officine pour leur compte. Ceux qui vendent ou confectionnent les drogues prêtent serment de se conformer au formulaire ou codex. Leur nombre est limité ; il n’y en a que dans certaines villes déterminées ; les prix sont réglés selon que les substances médicamenteuses pourront ou non se conserver pendant un an dans la boutique. Deux inspecteurs impériaux sont particulièrement chargés avec les maîtres de Salerne de veiller à l’exacte préparation des électuaires et des sirops et à l’observation des règlements d’hygiène publique et de police médicale, surtout en ce qui concerne les maladies contagieuses, la vente des poisons, des filtres amoureux et d’autres charmes qui sont promulgués en grande solennité. » L’infraction aux règlements entraînait, pour les pharmaciens, la confiscation de leurs biens, et, pour les complices, la peine de mort.

C’est ce règlement que l’on peut considérer comme ayant servi de base à la réglementation de la pharmacie clans le monde occidental. C’est donc principalement à partir de la fondation de l’école de Salerne, au XIe siècle, que la pharmacie prit de l’essor et fut réglementée chez nous. Cela tient à ce que les médecins juifs, chassés des écoles d’Asie Mineure par les Arabes, se réfugièrent en Espagne et de là en Languedoc. Ils apportèrent avec eux les éléments de leur art médical et pharmaceutique emprunté par eux aux Arabes, lesquels le tenaient eux-mêmes des Grecs Ils introduisirent sans originalité propre dans les écoles qu’ils fondèrent à Lunel, à Narbonne, à Montpellier, à Béziers, les principes de la science orientale.

Un prêtre chrétien du nom d’Aaron, qui vivait au VIIe siècle à Alexandrie d’Égypte, avait traduit auparavant les traités de médecine et les formulaires des Grecs et des Romains tels qu’ils étaient admis et pratiqués à la suite de la chute de ces grands empires, de ces grandes civilisations. Il les avait condensés dans ses pandectes de médecine.

Les Arabes envahisseurs se les étaient assimilés, et, en somme, sans y ajouter beaucoup de faits ni d’idées originales, nous les transmettaient dans leurs livres traduits en diverses langues, arabe, latine, hébraïque, etc., de sorte que lorsque la poussée des médecins juifs et des médecins arabes se fit vers l’Occident, ils vinrent en Espagne et à Salerne. Ils y apportèrent donc inconsciemment, en résumé, les doctrines médicales grecques et latines traduites par Aaron, et là commence la période alchimique idéaliste puis la période alchimique médicale qui eut tant d’influence sur le développement des sciences, puisqu’elle fut le point de départ de la chimie elle-même. On leur doit la composition, dès le IXe siècle, du premier codex connu sous le titre de Grabadin.

Yuhanna ibn Masawaih — connu en Occident sous le nom de Jean Mésué —, fils de pharmacien et chrétien nestorien, médecin attaché au calife Aroun-al-Raschid, au IXe siècle, condensa dans une pharmacopée générale les formules de médicaments en usage à cette époque. Cette synthèse thérapeutique est connue sous le nom d’Antidotaire de Mésué et fut le recueil officiel, pendant tout le Moyen Âge, de toutes les Universités de médecine du monde occidental. Ses nombreuses traductions dans toutes les langues sont parvenues jusqu’à nous.

À Salerne existait au VIIIe siècle, annexée en quelque sorte au couvent des Bénédictins, une école de médecine qui prit une grande extension deux cents ans plus tard sous l’impulsion de Constantin l’Africain (1020-1087), et qui devint la fameuse école de Salerne pour laquelle Jean de Milon écrivit en vers le code de santé arrivé jusqu’à nous. Mais cette doctrine de l’école de Salerne était fondée sur l’empirisme, de sorte que les médecins juifs et arabes, mais juifs surtout, arrivant en Languedoc, n’apportèrent qu’une médecine et par suite une médication empirique et des remèdes employés par l’empirisme perpétués d’âge en âge.

C’est à Paris que le 30 juin 1311 (Histoire générale de Paris, Les Métiers), le roi Philippe IV le Bel rendit une ordonnance, promulguée en 1312, concernant les poids et mesures. « Philippe, par la grâce de Dieu, roy de France, nous faisons assavoir à tous… que nous voulissions oster et faire oster et cesser les grands barats, fraudes et tricheries… Commandons et ordonnons et établissons les articles, commandements et déférences ci-dessous escripts… » Suivent treize articles dans lesquels sont minutieusement relevées les prescriptions enjoignant aux espiciers-apothicaires d’avoir des poids et des mesures pour la vente à « son commun peuple ». Cette première ordonnance fut expliquée par la promulgation d’une ordonnance particulière du prévôt de Paris rendue en février 1322, enjoignant aux espiciers-apothicaires de se servir de poids et de balances.

De plus, elle confiait à la corporation la garde de l’étalon royal des poids de Paris et ses membres portèrent le titre de : « le commun des officiers marchands d’avoir des poids ». Elle les instituait donc vérificateurs des poids et mesures. Ceci fait comprendre la sentence de l’hôtel de ville rendue trois siècles plus tard, en 1629, laquelle place dans les armoiries de la corporation une main tenant une balance avec l’exergue « Lances et pondera servant », placées en tête de cet ouvrage.

Cette même année 1322, le 30 juillet, Charles le Bel rendit une nouvelle ordonnance concernant la pureté des marchandises d’espiceries, pour mettre son « commun peuple » à l’abri des fraudes sur la qualité. Les gardes de la corporation étaient institués (origine des jurandes) comme gardes des poids et balances non seulement chez leurs confrères, mais chez tous les marchands qui se servaient de balances. Il leur était prescrit de faire des visites chez les commerçants deux ou trois fois l’an, pour s’assurer de leur loyauté. C’était un privilège et une juridiction accordés à la corporation des espiciers-apothicaires, faisant partie des six corps des marchands, preuve d’une confiance dont elle se montra digne.

Quelques années plus tard, le 22 mai 1336, Philippe VI de Valois rendit une nouvelle ordonnance par laquelle les doyens et maîtres de la très salubre Faculté de médecine (saluberrima Facultas medicinæ Parisiensis) devront visiter la qualité des médecines laxatives et opiates, pour savoir qu’elles soient bonnes et fraîches. Les médecins, dominant l’esprit du roi, l’avaient persuadé qu’ils devaient visiter les marchandises des espiciers-apothicaires, en faisant valoir que cette visite serait toujours à l’avantage de son commun peuple. Le roi accorda ce droit de visite domiciliaire aux médecins.

Telle fut l’origine de l’insertion dans les lois du droit de visite que les médecins s’arrogeront jusqu’en 1880. Elle puisait aussi sa raison d’être dans ce fait que le médecin avait existé avant le pharmacien et que, avant la séparation des deux professions, les remèdes étaient préparés par un employé serviteur du médecin ; et aussi sur ce fait que l’art de préparer les remèdes et les notions de matière médicale furent plus tard enseignés à la Faculté de médecine par deux professeurs médecins.

Mais en 1352 et en 1353 le roi Jean le Bon rendit l’ordonnance suivante : « Jehan, par la grâce de Dieu… en faveur de la prospérité et santé de nos subjects… désormais chacun an deux fois sera faite diligente visitation par le maistre du métier d’apothicaire chez tous les apothicaires de la ville de Paris (ultra et dira pontes) et des suburbes… Le maistre du métier sera assisté de deux maistres en médecine nommés par le doyen de la faculté et de deux apothicaires élus par notre prévost de Paris… ». Cette ordonnance était plus explicite que les précédentes. Elle défendait de « bailler aucune médecine venimeuse, périlleuse ou qui puisse faire abortir, simple ou composée, à nulles gens qui soient hors foy chrestienne… » Ces inspecteurs devaient s’assurer que chaque apothicaire possédait l’antidotaire de Nicolas Myreptius corrigé par les martres du métier.

Comme on le remarque, cette ordonnance contenait en germe la législation sur la vente des poisons et aussi l’obligation de se conformer à un recueil tenu à jour. C’était l’origine du Codex et de la Commission permanente du Codex. Ils devaient aussi tenir la main à ce que les prix de vente aux malades ne fussent pas trop exagérés. À cette époque l’autorité royale montrait beaucoup de prévoyance pour le « commun peuple ». Ils devaient aussi veiller à ce que les apothicaires ne s’entendissent pas avec les médecins, pour exploiter les malades. Cette chasse au compérage s’expliquait alors d’autant plus, que les médecins se trouvaient érigés en inspecteurs des pharmaciens. Ils avaient aussi pour mission de s’assurer que personne ne se permît de composer, administrer, conseiller aucune médecine que ce fût, à moins d’avoir fait des études complètes, sous peine d’amende et de réparation civile. On retrouve là l’origine de l’interdiction qui frappe l’exercice illégal de la médecine et de la pharmacie.

Nous assistons donc, dès l’année 1336, par l’ordonnance de Philippe VI de Valois, à la naissance du droit, confirmé en 1352 et 1353 par les ordonnances du roi Jean le Bon accordées aux médecins, de visiter les espiciers-apothicaires, conjointement avec les maîtres du métier d’apothicairerie. Jusqu’à ces époques, ce droit de visite n’avait été exercé exclusivement que par les jurés-gardes de la corporation des espiciers-apothicaires ; ces inspecteurs primitifs s’étaient acquittés de leurs fonctions avec négligence ou mollesse. C’est pourquoi les médecins avaient pu obtenir facilement de l’autorité royale leur immixtion dans les jurys de visite.

Ces ordonnances et ces arrêts portaient des sanctions pénales contre ceux qui les enfreignaient. Mais ces sanctions et ces surveillances tombaient peu à peu en désuétude, ainsi qu’on le remarque dans toutes les affaires humaines. Il n’est donc pas étonnant de voir de temps à autre de nouvelles ordonnances refondre les ordonnances anciennes, les corriger, les rendre plus précises clans leurs multiples applications. C’est ce qui arriva en août 1484, pendant la minorité de Charles VIII, époque à laquelle fut rendue la grande ordonnance royale qui fondit et reprit toutes les ordonnances antérieures dans un seul et même monument organique sur la vente des remèdes, et dont les principales dispositions se retrouvent à travers les âges jusqu’à nos jours.

C’est, en résumé, le véritable premier code des pharmaciens. Elle fut enregistrée le 5 mai 1520 et stipule, entre autres choses nouvelles, que ceux qui se destinent à entrer dans le dit métier d’espicier-apothicaire devront faire un apprentissage de quatre années révolues (c’était la première prescription du stage en pharmacie), après lesquelles ils seront examinés et feront un chef-d’œuvre. Elle stipule le mode et les frais de réception, leur répartition entre le roi, la confrérie, pour dire des messes, et les examinateurs. Elle réglemente les droits et les obligations imposées aux veuves des maîtres-apothicaires ; elle défend à l’espicier de faire acte d’apothicairerie quand bien même il aurait un serviteur apothicaire, s’il n’est lui-même reçu apothicaire ; comme on le voit, c’était la distinction déjà sanctionnée à cette époque entre l’épicier apothicaire et l’épicier non apothicaire, et en même temps l’interdiction de se servir de prête-nom. Elle réglemente d’une façon formelle, les visitations concernant la qualité des drogues, qui doivent être faites deux ou trois fois l’an à l’improviste dans les magasins ou laboratoires (ouvrouers) des espiciers-apothicaires par les maîtres jurés assistés d’un commissaire du Châtelet ou sergent à verge.

Remèdes curieux des guérisseurs d’autrefois

Remèdes curieux des guérisseurs d’autrefois

 

 

En 1911, Jean Frollo du Petit Parisien, se complaît à détailler sur un ton amusé, quelques étranges remèdes utilisés par les anciens, de la fiente de cheval à la ceinture emplie de crapauds vivants, en passant par des vipères débitées en morceaux, recettes issues de l’ingéniosité des guérisseurs de jadis Continuer la lecture de « Remèdes curieux des guérisseurs d’autrefois »

Querelles conjugales

Querelles conjugales à l’origine d’une promenade sur un cheval, âne ou bœuf pour le voisin du mari battu

 

 

Se pratiquant notamment en Lorraine et à l’origine de plusieurs procès visant à l’enrayer, la coutume consistant à promener sur un âne, un cheval ou un bœuf, le dos tourné à la tête de l’animal, tout individu ayant négligé de donner main-forte à son voisin lors de querelles conjugales, dégénérait souvent en rixes sanglantes sanctionnées par des arrêts de 1718, 1755 et 1756

Continuer la lecture de « Querelles conjugales »

Police sanitaire en temps d’épidémie au XVIe siècle

Police sanitaire en temps d’épidémie au XVIe siècle : mesures d’isolement et de désinfection

 

 

Le premier soin des magistrats consistait à être avertis ponctuellement et dans les temps convenables de ce qui se passait à cet égard, afin d’apporter tous les secours et remèdes nécessaires.  Il importait en outre de distinguer les malades qu’on pouvait, sans risque pour le public, laisser dans leurs maisons, de ceux qui nécessitaient d’être acheminés vers les hôpitaux, et de marquer de certains signes les maisons des uns et des autres de façon que les personnes en bonne santé évitent les lieux infectés. Continuer la lecture de « Police sanitaire en temps d’épidémie au XVIe siècle »

La Poste aux lettres

Poste aux lettres : une descendante de la poste aux chevaux de Louis XI

 

Aujourd’hui qu’il suffit de jeter une lettre dans une boîte après l’avoir affranchie, pour que cette lettre passant de main en main soit fidèlement et rapidement portée jusqu’au bout du monde, on peine à comprendre que pendant de nombreux siècles nous ayons pu vivre en France sans avoir la poste aux lettres, Continuer la lecture de « La Poste aux lettres »

Famines et disettes à travers les âges

Famines et disettes à travers les âges

 

 

Cruel fléau affectant régulièrement notre pays du Moyen Age au XIXe siècle, la famine fut tantôt le fruit de conditions climatiques désastreuses auxquelles une administration impuissante ou imprévoyante ne sut pas faire face, tantôt, comme sous la féodalité, la conséquence de luttes seigneuriales, tantôt encore, comme sous la Révolution, un levier de révolte mû par de sombres intérêts politiques. Continuer la lecture de « Famines et disettes à travers les âges »