Aouste sur Sye, le village des fresques

Aouste sur Sye, le village des fresques

 

Pour embellir et égayer ses façades de couleurs vives, Aouste sur Sye a choisi d’habiller de fresques ses murs pour les transformer en œuvre d’art et nous rappeler son histoire par des thèmes et des techniques différents.

Dès l’entrée Ouest du village, une fresque illustre les productions agricoles et les tulipes rouges des Arras, espèce protégée. Au centre ville, une vaste fresque est dédiée à l’empereur Auguste rappelant que sous son règne Aouste sur Sye lui doit sa première appellation “Augusta”. Au nord, sur la Via Augusta, une autre commémore le travail du papier et de l’imprimerie.Tandis qu’au Sud de la commune, celle de l’école Jules Ferry célèbre l’instruction et la laïcité.

L’empereur Auguste

 

 

Le paysage présenté est celui de 2009, on peut alors voir les silos des usines Vicat, depuis cette date, l’entreprise a été rasée pour laisser  la place à l’Eco Parc du Lauzun.

Sur la place Gabriel Bonnard, Jean Charles Fabre réalisa en 2009, sur une surface de 110 m², la fresque de l’empereur Auguste.

Entre le Rhône et les Alpes, entre la forêt de Saoû et les plateaux du Vercors, dans la Vallée de la Drôme, à la confluence de la Sye, la ville d’ Aouste voit le jour sous l’empire romain, lors du règne d’Auguste, d’où sa première appellation “Augusta” … devenue aujourd’hui « Aouste sur Sye ». L’armée romaine en profita d’ailleurs pour construire un pont franchissant la Drôme représenté sur la gauche de la fresque par deux pierres de colonnes. Il s’agit du vestige du parapet de l’ancien pont romain.

Jean Charles Fabre et son équipe de dessinateurs ont recomposé cette histoire du village, avec cette magnifique fresque d’Auguste … Tout cela devant le vrai paysage du village, des champs et des bois.

Tout en haut, le rocher de Roche Colombe dissimule le remarquable synclinal perché de la forêt de Saoû avec ses magnifiques randonnées à ne manquer sous aucun prétexte.

L’Arcade représente le symbole de la transition entre la tradition qui s’inscrit dans deux mille ans d’histoire et les futures générations représentées par les deux enfants en bas à droite.

Regardez bien les détails du romain, de sa tunique, des décorations de son plastron, du petit Octave qu’il adoptât … tout est superbe !

Ancienne Usine “Lembacel”

 

En octobre 2017 une fresque de 200 m² a été réalisée sur trois façades d’un ancien bâtiment industriel – Papeterie / Sacherie / Imprimerie – afin de raconter l’histoire industrielle et humaine de ce site emblématique de la ville de Aouste-Sur-Sye.

La ville d’Aouste-sur-Sye a sollicité le collectif Sorry Graffiti pour sa mise en place et sa réalisation.

Fruit d’un travail d’échange avec les anciens employés de l’usine, les élus de la municipalité et les représentants de l’association de préservation du patrimoine de la ville, les journées de réalisation ont été placées sous le signe du partage et de la rencontre entre le public et les artistes, devenant un évènement fédérateur pour créer du lien entre les habitants de toutes les générations de la ville d’Aouste-sur-Sye.

Lors de dernières journées d’octobre, un repas partagé a été organisé devant la fresque pour créer des échanges et favoriser la rencontre entre les habitants, les anciens employés et les artistes . De même une exposition d’œuvres des Artistes du Collectif se déroulait à la Médiathèque de la ville. Une visite des classes de l’Ecole Primaire Jules Ferry avec une présentation du projet de la fresque sur le mur pignon de l’école et de la pratique du Graffiti Art par le Graffiti Artiste Sowan, parachevaient la manifestation.

L’école Jules Ferry

 

 

 

 

Cette fresque de 80 m² sur un pignon du bâtiment de la Mairie et de l’Ecole Jules Ferry réalisée et conçue en juin 2018 par trois membres du collectif Sorry Graffiti. Elle recouvre une ancienne qui n’a pas résisté au temps.

Ce projet a été réalisé avec la participation des enfants de l’école municipale. Ils ont produit des dessins et participé à la réalisation de la composition de la maquette finale retenue par le conseil municipal. Œuvre, colorée et onirique, évoquant l’enfance par les choix graphiques retenus en mettant en scène trois oiseaux d’espèce présentes en vallée de la Drôme, la mésange charbonnière, le rouge gorge et le chardonneret élégant. Ces trois camarades, représentés en élèves de l’école primaire, traversent la rivière Drôme qui coule au centre du village d’Aouste sur Sye en empruntant une branche symbolisant le pont situé à proximité de la Mairie. En arrière plan le massif des trois becs vient rappeler la thématique de la fresque.

« Grata Augusta recipit vos »

 

 

Cette fresque, créée en octobre 2021, est en deux parties, une de 52 x 1,8m sur un mur de particulier et l’autre de 10 x 3,5m sur un bâtiment public.

La municipalité d’Aouste-sur-Sye, après deux premiers projets déjà réalisés sur la commune en 2017 et 2018, a de nouveau sollicité le collectif Sorry Graffiti afin d’intervenir sur un long mur en moellons bruts appartenant à des particuliers et situé en entrée ouest de ville.

Les échanges et les discussions ont permis de cibler une thématique permettant de créer une fresque s’intégrant dans l’environnement tout en proposant des motifs en lien avec la flore locale et l’héritage romain de la ville.

Ainsi des coquelicots, des épis de blé et des tulipes précoces viennent rythmer la fresque sur toute sa longueur, alternant avec des représentations de pavés d’une via romaine. Actuellement, quelques deux cents pieds subsistent sur dix sept hectares : espèce protégée, la Tulipa Raddii Reboul figure sur la liste des espèces menacées à enjeu européen – ZNIEFF de type1-

Diverses hypothèses ont été émises sur son implantation, la tradition veut que la présence des ces fleurs soit liée à celle des moines au Moyen Âge.

La première hypothèse : des habitants, des membres d’un couvent d’Aouste ou de la région auraient été en contact avec d’autres moines ou des militaires dépendant des ducs de Bourgogne et auraient commercialisé des tulipes ; celles-ci servant de monnaie d’échange, et de contrebande ou de spéculation.

Une seconde hypothèse : la tulipe des Arras pourrait ressembler aux tulipes de l’île grecque de Kithira, elle semblerait être liée à la présence grecque à Aouste sur la Route de l’Étain (500 av. J.-C.).

La citation latine « Grata Augusta recipit vos » (Bienvenue Auguste vous accueille) rappelle l’étymologie du nom de la ville et son lien avec l’empereur Auguste.

Soyons patients, bientôt une nouvelle fresque viendra enrichir le centre ville ! Nous vous donnons rendez-vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.