Louis Mandrin, bandit ou héros ?

Louis Mandrin, bandit ou héros ?

 

Louis Mandrin, une sorte de robin des bois pour les uns, un bandit pour les autres qui, à la fin du XVIIIe siècle, organisait un réseau de contrebande au nez et à la barbe de la Ferme générale (collecteurs d’impôts indirects), l’institution la plus puissante et la plus impopulaire de l’Ancien régime. Véritable héros aux yeux du peuple, il lui permettait d’acquérir à bas prix des produits coûteux comme le sel ou le tabac, des marchandises rares ou prohibées. Pour les autorités, il était l’homme à abattre. Mais l’histoire de Mandrin est hautement plus passionnante encore…

Continuer la lecture de « Louis Mandrin, bandit ou héros ? »

Louis II en son Dauphiné

Louis II en son Dauphiné

 

 

Depuis qu’en 1349 le dauphin Humbert II, sans héritier, a légué son territoire au fils aîné du Roi de France, celui-ci porte le titre de « Dauphin » et il est donc le suzerain de cette province. En 1355 le traité de Paris met fin aux guerres avec le comte de Savoie et fixe la frontière nord du Dauphiné sur le Rhône et le Guiers.

Continuer la lecture de « Louis II en son Dauphiné »

La ligne de Pierrelatte à Nyons

La ligne de Pierrelatte à Nyons

 

 

Voici une petite ligne qui suivait un parcours étonnant, prenant sa source et se terminant en Drôme, elle desservait au passage l’enclave des Papes. Elle n’a pas connu la gloire et a disparu trop rapidement dans l’indifférence presque totale. Presque concurrente de la ligne du Buis, elle aurait pu pourtant prétendre à un avenir meilleur car, elle, était à l’écartement de la voir normale. Les travaux d’aménagement du Rhône ont été le prétexte facile à sa prompte disparition…

Continuer la lecture de « La ligne de Pierrelatte à Nyons »

Chemins de fer départementaux de la Drôme

Chemins de fer départementaux de la Drôme

 

 

Les Chemins de fer départementaux de la Drôme étaient un réseau de chemin de fer secondaire à voie métrique créé par le département de la Drôme. Ce réseau long de 195 km, a fonctionné entre 1893 et 1935. Il est exploité dans un premier temps par la  » Compagnie des chemins de fer de la Drôme  » puis a été repris par la  » Régie des chemins de fer de la Drôme « .

Continuer la lecture de « Chemins de fer départementaux de la Drôme »

Chanson en patois de Beaufort

Chanson en patois de Beaufort sur Gervanne, canton de Crest-Nord (Drôme)

 Cette chanson, très populaire dans le pays, est l’œuvre d’un traiteur de Beaufort, Adolphe Breynat, mort en 1876. Elle a déjà été publiée dans le Journal de Die (22 nov. 1885). Nous en devons la communication à M. Liotard, instituteur à Beaufort. Elle est extraite de la Revue de philologie française et provençale : recueil trimestriel… 1889-1896

Continuer la lecture de « Chanson en patois de Beaufort »

Le travail des immigrés dans la Drôme de l’Entre-deux-guerres

Le travail des immigrés dans la Drôme de l’Entre-deux-guerres

 

 

L’Entre-deux-guerres a vu venir dans la Drôme des étrangers de tous horizons, réfugiés comme recrutés par les besoins de l’industrie. J.L. Huart nous resitue ici, entreprise par entreprise, l’apport de ces étrangers dans le développement industriel drômois.

Continuer la lecture de « Le travail des immigrés dans la Drôme de l’Entre-deux-guerres »

Paul Louis Simond

Paul-Louis Simond (1858-1947)

 

 

Paul-Louis Simond est né le 30 juillet 1858 à Beaufort-sur-Gervanne, petit village de la Drôme aux confins du Vercors et mort le 18 mars 1947 à Valence, est un biologiste français, médecin de la Marine, spécialiste des épidémies. Il met en évidence le rôle de la puce du rat dans la transmission de la peste bubonique en 1898. Continuer la lecture de « Paul Louis Simond »

Lucie de Pracontal

Lucie de Pracontal : emmurée vive le jour de son mariage
au château de Montségur (Drôme)

 

 

(D’après « Histoires étranges qui sont arrivées » (par G. Lenotre), paru en 1933)

En 1715, le château de Montségur-sur-Lauzon (Drôme), jadis repaire du célèbre baron des Adrets, est le théâtre de la disparition de Lucie de Pracontal le jour de son mariage, lors d’une partie de cligne-musette organisée durant les festivités. Interrogatoires, battues : rien ne permet de la retrouver, le seul espoir résidant dans l’étrange prédiction d’une cartomancienne affirmant que « la châtelaine reverrait sa fille ». Continuer la lecture de « Lucie de Pracontal »

La vie quotidienne d’un charbonnier dans le Vercors

La vie quotidienne d’un charbonnier dans le Vercors

 

 

Il y a fort longtemps dans le Vercors , la forêt mystérieuse a vu naître une activité qui s’est perpétuée dans la seconde moitié du XXe siècle : le charbonnage. Les charbonniers, qui vivaient avec femmes et enfants, dans des conditions difficiles à l’écart du village, de Pâques à la Toussaint , étaient fréquemment perçus comme d’inquiétants personnages, en raison de leur vie et de leur métier. Continuer la lecture de « La vie quotidienne d’un charbonnier dans le Vercors »

L’ennoyage

L’ ennoyage

 

Les origines de la noix sont assez obscures. Certains botanistes affirment qu’elle proviendrait de nos contrées, reliquat des productions végétales de l’ère tertiaire. Des études sur des pollens fossiles montrent que le noyer était présent en France bien avant l’arrivée des Romains. Continuer la lecture de « L’ennoyage »

La rentrée scolaire

C’est l’école !

 

 

Ecole en 1960

Beaucoup croient que Charlemagne a inventé l’école. Par contre, il a contribué à l’améliorer.

Les plus anciennes ont été trouvés Dans de nombreuses civilisations antiques, on trouve des institutions éducatives possédant une structure institutionnelle. Ces centres enseignaient généralement la philosophie et la religion. Continuer la lecture de « La rentrée scolaire »

Les couvents soyeux

Les couvents soyeux

 

« CHERCHEZ D’ABORD LE ROYAUME DE DIEU ET SA JUSTICE. LE RESTE VOUS SERA ACCORDÉ PAR SURCROÎT. »

Maxime dominant la porte d’entrée de l’internat de Jujurieux

 

L’histoire reste muette. Aux glorieux canuts, pour leurs révoltes si obstinées, la palme de l’histoire ouvrière française pourrait être décernée. Mais qui connaît l’histoire de l’oppression et des révoltes des tisseuses en soie, leurs anonymes remplaçantes ? Continuer la lecture de « Les couvents soyeux »

Entrée solennelle à Die de Mgr de Cosnac, évêque de cette ville, en 1734

Entrée solennelle à Die de Mgr de Cosnac, évêque de cette ville , en 1734 (1)

 

 

A la première nouvelle de la nomination de Daniel-Joseph de Cosnac, neveu de Daniel de Cosnac,  à l’évêché de Die, on sonne toutes les cloches; la ville éprouve la joie la plus pure; tous les corps et les particuliers accourent en foule au palais épiscopal, et Continuer la lecture de « Entrée solennelle à Die de Mgr de Cosnac, évêque de cette ville, en 1734 »

Evolution du prix du pain au XIXe siècle

 Statistique du prix du pain

 

 

Boulanger en 1881

 

 

I — TEMPS ANCIENS

II. — TEMPS PRÉSENT

Notes

 

 

I— TEMPS ANCIENS

 

La statistique n’a pas osé jusqu’ici prendre place dans le Bulletin, parce que, sans doute, l’intime union de ses enseignements avec l’économie sociale ne trouvait pas dans la législation en vigueur les facilités nécessaires Continuer la lecture de « Evolution du prix du pain au XIXe siècle »

Sur les dragonnades à Crest en 1683

Sur les Dragonnages

Extrait d’un registre de la famille de Jean R., de Crest, en Dauphiné.  1683

NB :L’orthographe du document a été conservée.

Sur les Dragonnages1

Extrait d’un registre de la famille de Jean R., de Crest, en Dauphiné2.

Le 26e décembre 1683. Les draguons sont arrivés à Crest ; M. le conte de Tessay3 commandant un régiment logis chez moy ; le jour de dimanche ont parti pour aler à Soul12 et à Bordiau4, où il y eut rencontre aprochant Bordiau, où il s’en tua biaucoupt de part et d’autre. Continuer la lecture de « Sur les dragonnades à Crest en 1683 »