Le vin de l’empereur

 

Le vin de l’empereur

 

Aouste : les facteurs romains désaltérés à la clairette ?

Plus de 2000 ans après son passage dans la vallée de la Drôme, les Aoustois se plaisent à rappeler l’action d’Auguste. Or on ne dispose d’aucune connaissance précise sur l’action de l’empereur à  « Aouste. »…. Jusqu’en 10 av JC, aurait –il voulu assurer la sécurité aux frontières de Rome ? L’arrière petit-neveu de César continuait aussi l’œuvre de son grand-oncle et confortait son pouvoir personnel ….

Pourtant, un article à paraître dans l’excellente revue britannique: «  Spectator and Winner » présente un autre aspect de l’Histoire. L’implantation d’un relai de poste romain, répondait à des intérêts, politiques et économiques. Ceci grâce à l’amélioration de l’efficacité administrative. Localement, on avait recours à des messagers à pied entre Valence ou Montélimar et Rome ; Aouste était facilement accessible depuis la vallée du Rhône, et possédait aussi de divines sources d’eau minérale…Une autre production était fort utile au voyageur, et au facteur de la poste romaine « cursus publicus » : l’excellente production de vin pétillant dit « Vin des Voconces ». On connaît des remarques formulées par Pline l’Ancien dans le livre XIV de son « Histoire Naturelle » ainsi que celles de Columelle dans « De Agricultura » – et l’on n’oublie pas les Odes d’Horace célébrant les danses lors des fêtes : « Maintenant buvons, sans que rien ne nous arrête, ébranlons la terre sous nos pas. ». ..  «  Spectator and Winner » indique que, très récemment, des fouilles ont mis à jour des fragments d’amphores, de cruches émaillées… Des cruches à bec auraient été découvertes par l’archéologue Um Vuballadd, vers des maisons gallo-romaines – en contrebas d’une des villas romaines qui se trouvait, elle, probablement, au nord des lotissements -. Ces poteries utilisées pour le transport du vin, portaient de mystérieuses inscriptions manuscrites en grec et en latin : « Rabelaesius »  « bona », «  columba », « gaia », « menuua »,,« trinch »… ainsi que des chiffres….

Il semble presque certain que, depuis l’Antiquité, on ait produit ici un vin pétillant réputé, ceci serait- il donc, un motif ou conséquence de la présence romaine ?  Chacun sait aussi que les fêtes de Juillet et d’Août ont ici perduré… Le voile semble donc se lever sur les origines de la cité.

Et si le cœur vous en dit, rien ne vous empêche de vous désaltérer à l’ancienne Aoste – devenue Aouste – et de vous promener dans les furtives venelles ombragées de la cité médiévale. Les document récemment édités peuvent vous guider. Alors vous vous demanderez pourquoi, on trouve ici, de nombreux patronymes d’origine latine.

Emma Chinet

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.