Une page d’histoire de la province de Dauphiné en 1628

Une page d’histoire de la province de Dauphiné en 1628

 

Après la mort de Lesdiguières, arrivée à Valence le 21 (28?) septembre 1626, la province eut à subi une période de vexations dont un arrêt du conseil d’Etat, imprimé, du 15 novembre 1627 nous a laissé l’affligeant récit :

 » Sur ce qui a esté remonstré au Roy estant en son conseil par le Procureur Syndic des trois Estats de Dauphiné, et les consuls des villes de ladite Province, qu’encores que ledit Pays soit le plus foible de ce Royaume, consistant la pluspart en des montaignes inaccessibles et incultes, en des marests inutils, forests, ou lendes du tout ingrates et infructueuses, et en des villes presque inhabitées toutefois que ladite Province a esté grandement surchargé en cette dernière occasion par le passage, séjour et dissipation des gens de guerre conduits pour le secours du Duc de Mantoue, qui ont vescu si licencieusement, quelque ordre que l’on y ait peu apporter, qu’ils ont exercé toutes sortes de vols, rançonnements, pilleries, violements, brusiements (incendies) de villages entiers, et tous les autres actes d’hostilité qui se peuvent imaginer, mais encores ils ont esté contrains de fournir aux frais de la levée de sept mille hommes de pied, et sept compagnies de cavalerie, outre le régiment du sieur Comte de Sault (1), pour l’entretenement desquels ils ont reçus divers ordres depuis un an, qui reviennent à des sommes excessives pour feu, encore que les Chefs n’ayent pas effectivement la dixième partie de leur nombre, que leurs taxes soient excessives, et le taux des vivres fait à si bas prix, que les soldats reçoivent double payement et bien que la misère du peuple leur soit assez cognuë, néanmoins ils ne laissent pas d’exécuter lesdits ordres par les voyes militaires, emprisonnent les laboureurs, et saisissent le bétail du labourage, leurs ostent par ce l’espérance de recueillir des fruicts pour fournir ausdites levées et contributions et pour comble de mal’heur ils ont receus les garnisons desdits gens de guerre, qui ont esté dispersez dans les villes, et quelques communautez de ladite Province, arec nouvel ordre de subuenir à l’entretenement d’iceux De sorte que opprimez sous ces violences, exactions et concussions, ils ne peuvent subsister plus longuement, s’il n’y est pourveu par sad. Majesté. C’est pourquoy lesdits Procureurs et Syndics ont recours à sad. Majesté, pour la supplier très-humblement d’arrester le cours de semblables violences, et levées sans sa permission, et prévenir leur ruine entière inévitable.

Veu l’ordonnance du sieur Maréchal de Créquy (2), pour l’entretenement des troupes qui sont dans ladite Province de Dauphiné, du 11 Janvier dernier, montant à 17 livres 6 sols 9 deniers pour feu Autre Ordonnance du 13 Fevrier, ensuivant de 5 livres 15 sols 4 deniers pour feu autre du 18 Mars de 12 livres 15 sols autre du 6 Avril de 7 livres pour feu autre Ordonnance du 2 May, portant mandement de nourrir lesdits gens de guerre, outre le payement qu’ils ont esté contrains de leur faire en argent autre Ordonnance du 28 May de 11,682 livres 14 sols sur chacune des villes de ladite Province, qui revient à 300 livres pour feu; autre du 30 Aoust de la somme de 4,682 livres, 10 sols, sur la ville de Vienne pour l’entretenement des gardes dudit sieur Maréchal, revenant à 112 livres, 11 sols pour feu; autre du 1 Septembre addressante aux Consuls de Grenoble, de payer 8 sols par jour à chacun des soldats du régiment du sieur Comte de Sault autre du 5 dudit mois, de la somme de 21,607 livres 10 sols, sur la ville de Vienne autre Ordonnance du 7 dudit mois de la somme de 9,167 livres d’une part, et 2,782 livres, 10 sols d’autre, sur chacune des villes revenans à 300 livres pour feu autre du dernier Septembre de 53 livres pour feu; autre Ordonnance dudit sieur de Créquy, du 1 Octobre pour la levée de la creuë (augmentation de la taille) de ses Carabins; autre du 20 Auril dernier, pour l’entretenement du régiment d’Aiguebonne, revenant à 40 livres pour feu. Procès-verbaux et informations du 15 Septembre et autres jours suivans, justificatives du bas taux des vivres que les communautez leur ont fournis les excès larrecins et pilleries exercées par la compagnie de Plainville, et violences commises contre les communautez qui ont esté contraintes de leur passer les quittances et descharges qu’ils ont désiré arrêt du Conseil du 19 Aoust dernier, portant défense ausdits supplians de payer aucune chose, sinon en vertu des Lettres Patentes de sa Majesté Requeste présentée par les Consuls des villes, bourgs et villages des garnisons de ladite Province audit sieur Mareschal de Créquy, avec son Ordonnance au bas d’icelle du 3 Septembre dernier, portant injonction aux Capitaines de faire l’advance pour un mois de la solde desdits gens de guerre, au rembourcement de laquelle lesdites communautez seront contraintes. Les Lettres de provision de la charge de Lieutenant général pour sa Majesté en Dauphiné, expédiées en faveur du feu sieur Connestable de Lesdiguières, vérifiées en la Cour de Parlement de Grenoble, du 3 Novembre 1598, contenant le pouvoir, jurisdiction et cognoissance à luy attribuée des délicts, excès et violences qui se commettent en ladite Province par lesdits gens de guerre Procès-verbal de la Cour de Parlement de Grenoble du 14 Aoust 1628, contenant les remonstrances dudit sieur Mareschal de Créquy, et les délibérations dudit Parlement sur le faict des informations et procédures des Commissaires par elle députez, tant pour raison des exactions commises par les Secrétaire dudit sieur de Créquy, et un nommé Garagnol, que violences, pilleries, rançonnements, excès, violements et ravages desdits gens de guerre. Arrest de Parlement de Dauphiné, du 26 Septembre dernier, portant défenses à toutes personnes de poursuivre le payement des sommes de deniers qui ont esté imposées sur ledit Pays sans permission de sa Majesté, avec injonction à tous luges Royaux d’informer des larrecins, concussions et violence exercées à la levée desdites impositions, et des excès et pilleries desdits gens de guerre. mesmes sur le changement des routtes qui leur ont esté données Ordonnance dudit sieur de Créquy du dernier Septembre, portant que les ordres qu’il a ci-devant faits pour la levée, et entretenement desdites troupes seront exécutez, et les refusans contrains d’y obéyr par les voyes ordinaires et accoustumées, pour les affaires de sa Majesté, nonobstant les inhibitions à ce contraires, avec défenses à toutes personnes qui n’auront commission de luy, de procéder, tant contre les exécuteurs desdits ordres, que contre les soldats, pour ce qui concerne leurs charges et le fait de la guerre circonstances et dépendances et en cas de contravention, mandement aux Capitaines de prester mainforte à l’exécution desdits ordres, mesmes aux Prevosts des Mareschaux et leurs Lieutenans, de faire le procès aux coulpables, et informer des violences, exactions et concussions extraordinaires qui auront esté commisses par lesdits gens de guerre et porteurs desdits ordres. Autre arrest dudit. Parlement de Dauphiné du 5 octobre dernier, par lequel est ordonné que celuy du 26 Septembre sera exécuté selon sa forme et teneur, et le procès fait et parfait aux contrevenans par les commissaires à ce députez jusques à sentence definitive, ou de torture exclusivement auec injonction aux Ballifs, Viceneschaux, Juges Royaux et ordinaires, Prevots des Mareschaux, leurs Lieutenans et Chastelains des lieux, de mettre à exécution les mandements desdits Commissaires, à peine de suspension de leur charges, et à tous Gouverneurs, Consuls et habitants des villes, bourgs et villages, de prester ayde, faueur et assistance ausdits Officiers autre Ordonnance dudit sieur Mareschal de Créquy, du 10 dudit mois d’octobre, portant que celle du dernier Septembre précédent sera exécutée selon sa forme et teneur arec défenses aux Gouverneurs des villes et forterresses, Viballifs, Vineschaux, et autres luges, Prevost des Mareschaux, ses Lieutenans, Chastelains, Consuls, et habitans des villes et villages, et à toutes autres personnes de quelque qualité et condition quelles soient, d’y contrevenir, et injonction ausdits Gouuerneurs, Maistre de Camps et Capitaines, tant de cheval, que de pied, de prester main-forte et assistance aux porteurs et exécuteurs desdites Ordonnances, et ordres y mentionnez.  » 

 » Tout considéré.

Le Roy estant en son Conseil, ayant esgard aux requestes du Procureur Syndics des trois Estats du Dauphiné, et Consuls des villes et communautez de ladite Province, a sursis et sursoit la levée des impositions qui ont esté ordonnées par ledit Sieur Mareschal de Créquy, Lieutenant général pour sa Majesté en ladite Province, ensemble le payement des sommes prétendues par les Capitaines pour advances par eux faites pour la solde et entretenement des troupes audit Pays, jusques à ce qu’autrement il en ait esté ordonné par sa Majesté, après que le procès-verbal desdites levées et de l’employ des deniers aura esté dressé et ennoyé audit Conseil par les sieurs Fauier, Conseiller audit Conseil, et de Verthamon, Conseiller audit Conseil, et Me des requestes ordinaire de son Hostel, que sadite Majesté a commis, pour conjointement, ou l’un en l’absence de l’autre, avec l’un des Trésoriers de France de ladite Province, dresser procès-verbal des levées qui ont esté faites en icelles sans Lettres Patentes de sa Majesté depuis le premier jour du mois d’Aoust de l’année dernière ausquels Commissaires sa Majesté enjoint d’y procéder incessamment, et de recevoir les plaintes respectueusement faites, tant par les Officiers de sa Majesté, Procureur Syndic, Consuls et communautez de ladite Province, que par les Capitaines et soldats estant en icelle, et autres personnes généralement quelconques.  » 

(1) De Sault, François de Bonne de Créquy, comte de Sault puis duc de Lesdiguière, était fils de Charles de Crépuy et de Madeleine de Bonne.

(2) Charles de Créquy, sire de Canaples, prince de Poix, etc., avait épousé successivement 1° Madeleine de Bonne, fille de Lesdiguière et de Claudine de Bérenger et 2° Françoise de Bonne, fille du même François et de Marie Vignon.

Source : Bibliothèque nationale de France ; extrait du Bulletin de la Société d’archéologie et de statistique de la Drôme 1909 (T43).